Les trois questions de Nations Presse Info à France Jamet

France Jamet chien vignes2

Vous êtes tête de liste du Front national en Région Languedoc-Roussillon, quel est votre adversaire principal pour ces élections et pourquoi ?

Mon principal adversaire est sans aucun doute Georges Frêche. D’abord parce qu’il est le candidat sortant et qu’il est redevable d’un bilan que tout le monde occulte, allant jusqu’à jouer le jeu de ce dernier en focalisant sur des « dérapages verbaux » stratégiques, ce qui déshonore notre région. Avec un taux de chômage de 12,7% (18,8% si l’on compte les catégories dites B et C) et 470.000 personnes (soit 20% de notre population régionale) vivant en-dessous du seuil de pauvreté, il est absolument indécent et scandaleux qu’à part moi, personne depuis le début de cette campagne n’ait encore présenté son programme, tiré le bilan de ces 6 ans de gestion socialo-écolo-communiste ni pris en compte la situation dramatique de nos compatriotes. Sur l’autel de l’ambition personnelle de Georges Frêche, la région a été soumise à une politique de terre brûlée ! Ainsi, les impôts ont augmenté de 160 % en 6 ans. Pour vous donner un exemple parlant, en 2009, il a lâché 6 millions d’euros pour la « politique de l’emploi » alors que chaque année il dépense 100 millions d’euros pour sa communication.

Quels sont vos principaux thèmes de campagne et comment vous semblent-ils accueillis par nos concitoyens ?

Moins d’impôts, plus de sécurité et la préférence nationale ! Je m’engage à faire baisser la pression fiscale, à engager une véritable politique de sécurité, que ce soit dans les lycées, les TER (police ferroviaire) ou les centre-villes. Mais la sécurité peut être aussi environnementale (sécheresse, irrigation…) et concerner la protection de nos compatriotes face au risque d’inondations. Rien n’a été fait depuis plus de 10 ans. Je m’engage à faire aboutir les projets de protection et de construction de digues. La préférence nationale, c’est-à-dire : Les Français d’abord, partout et chaque fois que cela sera possible (logement, accès à la propriété, emploi…). Cette préférence s’appliquera aussi à nos produits régionaux, locaux ou nationaux, à nos entreprises, à nos agriculteurs et nos viticulteurs. « Travailler en France, produire et consommer Français ». Notre fer de lance en matière économique sera la « relocalisation de notre économie ». Ce thème sera largement soutenu et développé puisqu’il est directement sous la compétence des régions depuis la loi du 13 août 2004.

Au regard de la situation de notre pays, de la région qui vous concerne et du paysage politique français, quels sont vos espoirs de réussite ?

Dans notre région, où l’insécurité explose dramatiquement, où les vols à main armée ont augmenté en 2009 de 33%, où les vols avec violence, les atteintes aux personnes s’amplifient, le candidat de l’UMP, lui-même maire de Béziers où la criminalité atteint un taux élevé de 91,78% (alors qu’au niveau national il est de 66%), continue de soutenir la politique de Sarkozy qui, chaque année, supprime 3.500 postes de policiers et gendarmes. Comme son président, ses promesses ne sont jamais en phase avec ses actes. Depuis 1993 aux affaires (député, sénateur, président d’agglomération, conseiller régional), il ne peut se réfugier dans une « virginité politique », il doit assumer tout ce qu’il n’a pas fait et tout ce que Sarkozy n’a pas fait pour nos compatriotes et leur sécurité.

Concernant la candidature des « verts », il est avéré aujourd’hui que l’écologie, la défense de notre environnement, de notre territoire et de nos terroirs, sont intrinsèquement des valeurs de droite chères au Front national et qu’il les a toujours défendues. Quant à la candidature du sortant, Georges Frêche, son bilan parle pour nous. Ces dérapages et sa politique clientéliste, dictatoriale et inique sont connus et reconnus par tous aujourd’hui. La gauche apparaît divisée (4 listes), « explosée, éparpillée par petits bouts, façon puzzle… » Et pour continuer dans la veine de Michel Audiard, je dirai qu’aujourd’hui à nos compatriotes qui en ont plus qu’assez, « ne vont plus correctionner, mais le dynamiter, le disperser, le ventiler… » Je pense que la classe politique va recevoir « une belle ordonnance et une sévère », qui sortira des urnes le 14 et le 21 mars 2010.

Régionales : France Jamet en débat sur France 3 Sud Languedoc-Roussillon

Avec un peu de retard, retrouvez cette vidéo du débat de France 3 sur les élections régionales en Languedoc-Roussillon (débat tourné et diffusé le dimanche 14 février).
France JAMET en était l’une des invités.
L’occasion d’exprimer son programme mais aussi de débattre avec Patrice DREVET, Christian JEANJEAN et avec le représentant de Raymond COUDERC (puisque la tête de liste UMP n’avait pas jugé bon de se déplacer devant les électeurs… à moins que l’idée d’affonter notre tête de liste en débat lui ait fait peur ?).

Le Front national en ordre de marche

Revue de presse sur l’Indépendant

France Jamet, tête de liste régionale FN, dévoilait dimanche matin les noms des colistiers de Louis Aliot dans le département. L’occasion aussi pour eux de s’exprimer sur la campagne des régionales.
C’est sur un front de mer barcarésien éreinté par la tramontane que le Front national présentait dimanche midi la liste pour les Pyrénées-Orientales, menée par Louis Aliot, secrétaire général du parti frontiste. France Jamet, la tête de liste régionale avait fait le déplacement jusqu’à ce restaurant bondé de supporters du parti de Jean-Marie Le Pen. Le programme et les flèches destinées à leurs adversaires, dans la gibecière. « Couderc et Frêche n’ont ni programme ni bilan, martelait France Jamet, nous, au Front national, on propose moins d’impôts parce que Frêche

les a augmentés de 160 % en six ans et Couderc les a portés à 160 euros par habitant dans son agglo ! On propose aussi plus de sécurité et la préférence nationale. » En matière de sécurité renforcée, Louis Aliot reprend pour la région et les P.-O. les propositions avancées par Marine Le Pen : « Ici, l’insécurité explose, on créera un corps de police des lycées et les établissements de Perpignan et Prades seront des sites prioritaires parce que la drogue y est en vente libre. On propose aussi une police des transports comme en Ile-de-France. Mais aussi une aide aux viticulteurs, aux PME et PMI, aux artisans et commerçants. » Louis Aliot n’a bien sûr pas oublié d’évoquer un autre thème cher au FN : l’immigration. « On est un département frontalier qui n’a plus de frontières, on demande un renforcement des contrôles. Il faut lutter contre l’immigration clandestine qui a explosé dans les P.-O. et à Perpignan. » Louis Aliot veut s’ancrer dans le département L’ancien, et furtif conseiller municipal d’opposition à Perpignan (le retour aux urnes après « la fraude à la chaussette » l’a privé de son siège) confirmait par ailleurs vouloir s’ancrer localement. « Oui c’est vrai, c’est un département, et une ville, Perpignan, auxquels je suis attaché. J’ai d’ailleurs des liens ici », souriait-il. L’élection régionale ne sera sans doute qu’une nouvelle étape dans l’implantation programmée de Louis Aliot en terre catalane.

Frédérique Michalak

France Jamet soutient les vignerons à Vinisud

France Jamet, tête de liste du Front National en Languedoc-Roussillon, ira soutenir les vignerons de notre région, comme elle déjà fait lors de manifestations en Avignon et à Montpellier, lors du Salon Vinisud qui se tient au Parc Expositions de Montpellier, mercredi à partir de 15 heures.

Vous pouvez retrouver son programme en faveur des viticulteurs sur www.francejamet.fr

Enorme succès de Jean-Marie LE PEN à Palavas-les-Flots

Ce fût un gros succès que ce banquet patriotique qui s’est déroulé à Palavas les Flots en présence de Jean Marie Le Pen. Malgré un emploi du temps surchargé, il avait accepté de venir soutenir la candidate tête de liste en Languedoc-Roussillon du Front National : France Jamet. Près de 550 personnes étaient présentes alors même que l’équipe de campagne dirigée par Guillaume Vouzellaud n’avait eu que deux semaines pour tout préparer (trouver une salle suffisamment grande, un traiteur, prévenir les militants, …).

France Jamet a pris la parole en fin de repas et exposé son programme et ses propositions pour le Languedoc Roussillon en s’appuyant sur son slogan : << moins d’impôts, plus de sécurité, les Français d’abord>>. Elle a également dénoncé la stratégique sur-médiatisation des sorties verbales de Frêche qui permettait à toute la classe politique de l’Ump au Ps de ne pas parler des véritables enjeux de ces élections régionales : la situation économique de nos compatriotes, l’insécurité grandissante et l’explosion de la fiscalité.

Le président du Front National, Jean Marie Le Pen a pris ensuite la parole. Il a rendu un magnifique hommage à Alain Jamet, Président du groupe Front National au Conseil régional, Secrétaire régional et Vice-président du Front National. Il a ensuite développé la situation de notre pays et tiré la sonnette d’alarme : Tous les voyants sont au rouge. Il a appelé les participants à ne pas se laisser influencer et tromper par les sondages qui sous-évaluent volontairement le Front National à chaque élection.

Les participants ont pu ensuite aborder le Président Jean Marie Le Pen et France Jamet. Comme l’a souligné Julien Sanchez (n°2 sur la liste Héraultaise), il nous reste 3 semaines pour continuer militer afin que la liste conduite par France Jamet puisse obtenir le franc succès attendu et faire entrer plus encore plus de Conseillers régionaux FN dans l’hémicycle montpelliérain. 15.000 tracts ont été emmenés par les uns et les autres afin de les distribuer et faire triompher nos idées le 21 mars 2010.

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram