Cette année, les sétoises et les sétois ont fêté la 270ème édition de la Saint-Louis. C’est dire si la tradition de la pêche et des pêcheurs est profondément ancrée dans le port cettois.

 

 

C’était pendant quatre jours, l’occasion de festivités, où tout le monde s’est pressé autour des tournois de joutes, dans les soirées, animations et spectacles.

 

Ces journées se sont clôturées avec la finale des jouteurs catégorie poids-lourds où Laurent Evangélisti, qui remettait son titre en jeu, a été à nouveau sacré champion.

 

2012, c’était aussi les adieux de Loulou et Dédé, deux « pointus » qui cessaient de barrer après des décennies de fraternels passages, auxquels un hommage vibrant et émouvant a été rendu par tous ce lundi à l’occasion de la finale dans le Cadre Royal.

 

 

« La Saint-Louis, c’est la fête de Sète et rien d’autre ! » ( ?)

 

Certains de nos lecteurs fidèles nous ont interpellé sur ce raccourci hérétique, selon eux, fait entre la Saint-Louis, fête de la ville, et ce que nous considérions comme une fête traditionnelle sétoise qui consacrait son identité portuaire et rendait hommage à ses pêcheurs.

 

Ramener la Saint-Louis à une simple fête communale de quatre jours, reviendrait à penser que la Saint-Louis se résume aux seules festivités, concerts, bars à quais, animations diverses organisées ou autorisées par la ville de Sète jusqu’à 3 heures du matin. On peut alors considérer que « l’Ile Singulière » s’est bien amusée cette année : rien que pour le lundi, les secouristes du Cadre ont dû intervenir plus d’une dizaine de fois pour des malaises dus à l’alcool avec coma éthylique, les sapeurs pompiers et la Croix Rouge 42 fois, et les forces de l’ordre ont eu, dit-on, beaucoup de mal à disperser des bandes rivales qui étaient venues pour en découdre

 

Et si le phénomène semble nouveau, il n’en est pas moins fort et symbolique. A la Saint-Louis, pour certains de ces jeunes désormais, on ne « fête » pas Sète, on vient faire la fête et le reste…

 


 Ainsi la Saint-Louis, ce n’est pas la fête pour la fête, ce n’est pas seulement la fête de Sète et rien d’autre, ce sont d’abord les Joutes dans le Cadre Royal de Sète, c’est avant tout l’occasion de transmettre les règles et la pratique d’un sport ancestral et de défendre l’identité sétoise… (à suivre)

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram