L’Ubu du Languedoc-Roussillon veut vendre du vin au Maroc

Après Shanghai, Londres, New-York et Bruxelles, la Région Languedoc-Roussillon vient dʼouvrir une nouvelle « ambassade ». À Casablanca cette fois. Lors de la dernière séance plénière [20 juillet 2012, ndlr], Christian Bourquin, le président de région, était euphorique. On allait voir ce quʼon allait voir, on allait faire péter les ventes du vin « Sud de France » !

« Si vous connaissiez la géopolitique, vous sauriez que le Maroc cʼest la porte du Maghreb » lança-t-il aux élus de lʼopposition nationale qui lui rappelaient à juste titre le coût de fonctionnement exorbitant (3 millions dʼeuros) des « ambassades » à lʼétranger, dont celle en Italie qui a dû fermer… Bourquin ferait mieux de revoir ses références question géopolitique au lieu dʼinvectiver France Jamet, la présidente du groupe Front National : en effet, depuis novembre 2011, le Premier ministre marocain nʼest autre que le président du PJD, le Parti de la justice et du développement, une formation islamiste tendance Frères musulmans, comparable aux fondamentalistes de Tunisie et dʼÉgypte. Malgré leur allégeance de façade à la monarchie alaouite, les islamistes du PJD entendent changer en profondeur la société marocaine. Le tourisme est même accusé dʼêtre une source de péchés… Un mouvement politique très puissant dans lʼopinion publique marocaine et qui est parti en croisade contre lʼalcool. Le PJD veut en augmenter les taxes : en juin, son groupe parlementaire a déposé une proposition de loi de huit articles visant à interdire toute publicité aux boissons alcoolisées en tout genre et où que ce soit, y compris dans les séries télévisées (lesoir-echos.com, 4 juin 2012). Les islamistes sʼen sont même pris à la bière locale…

Et avec tout ça, le socialiste Bourquin ouvre une « ambassade » du Languedoc-Roussillon au Maroc ! Pour y vendre de la limonade halal, peut-être ?

_______

Cet article est tiré de Nations Presse Magazine n°29, septembre 2012. Pour vous abonner, c’est ici

Aude/Carcassonne – Les Français ne sont pas les bienvenus à La Conte

A Carcassonne le terme « Zone de non droit » a pris tout son sens. Des quartiers et des rues sont interdites d’accès à tous « Français », qui n’ont pas le droit d’y stationner ou d’y passer.

 

Ainsi dans le quartier sensible de La Conte, a forte sensibilité immigrés, un automobiliste a été agressé en pleine après-midi, son véhicule détérioré sur le boulevard Joliot-Curie, car il l’avait stationné devant la mosquée, pour répondre à un appel téléphonique.

 

En quelques minutes, des personnes (non identifiées et non décrites dans les articles de presse) lui ont jeté des pierres, cassé le pare-brise et plusieurs vitres du véhicule, en criant « casse-toi de là, sale Français, tu n’es pas chez toi ici. »

 

Malheureusement ces agressions sont de plus en plus nombreuses dans ce quartier, envers les automobilistes, les bus de la ville, les médecins mais également envers les piétons. Tous évitent désormais ce boulevard.

 

Ce boulevard est un des haut-lieu du trafic de drogue de la ville de Carcassonne, sans que les autorités ne tentent rien pour arrêter cela. Le malheur est que ce même boulevard est bordé par un collège et un lycée.

 

L’agression s’est produite à 100 mètres de l’église Saint-Joseph où les fidèles avaient été caillassés en pleine messe en juin dernier.

 

Pour le Front National la France on l’aime ou on la quitte.

Marine Le Pen à Rivesaltes : harki soit qui mal y pense !

Interview de Marine Le Pen par Nicolas Caudeville

Le 25 septembre est la « Journée nationale d’hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives. « Cette journée a été instituée en reconnaissance des sacrifices consentis du fait de leur engagement au service de la France lors de la guerre d’Algérie. Instituée par le décret du 31 mars 2003, cette journée donne lieu chaque année, à Paris, à une cérémonie officielle, dans la cour d’honneur des Invalides. La cérémonie du 25 septembre 2012 sera présidée par Kader Arif, ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants. A Rivesaltes à coté du camp où ils ont été après leur fuite d’Algérie, où la majorité d’entre eux ont été massacré par le FLN, le Général De Gaulle n’ayant souhaité les prendre dans les bagages de la France.

 

« Depuis 1974, des enfants de harkis ont mené des grèves de la faim et marches de protestation pour obtenir la reconnaissance de leur drame et une amélioration de leur sort.Ils ont connu une intégration très difficile en France, à la fois assimilés à des immigrés et rejetés par leurs compatriotes. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, en 2000, les a qualifiés de « collaborateurs ». En décembre 1999, tout en critiquant leurs conditions d’hébergement en France, il excluait leur retour en Algérie, précisant que « l’Algérie n’est pas leur pays ». C’est le préfet René Bidal qui présidait la cérémonie, ce matin, là face aux anciens combattants harkis et leurs familles, ainsi que des représentants associatifs, et des élus, comme le maire de Rivesaltes André Bascou, le maire de Perpignan Jean-Marc Pujol, le président de l’agglo Perpignan-Méditerranée, la députée européenne Marine Le Pen et les médias. Là-dessus, se joue une guerre de légitimité à poser sa gerbe. Notamment Jean-Paul Alduy qui se retrouve sur la photo juste à coté de la présidente du Front national.

 

Qui est légitime pour aller chercher les voix des harkis ? Parce que dans le fond, on songe à 2014, et cela va se jouer à rien, un mouchoir de poche. Le même qui a recueilli les larmes des harkis !  Vers les midi, point presse à Rivesaltes. Sont présents, France 3 Pays catalans (qui posera beaucoup de questions) L’historien spécialiste de l’extrême droite Nicolas Lebourg, l’AFP… Première partie menée par Dorotée Bérault sur la venue de Marine Le Pen en cette journée d’hommage aux harkis, Nicolas Lebourg et moi-même sur le rapport à la symbolique historique, l’AFP, questions pèle mêle sur l’intervention française au Mali, les verts doivent-ils démissionner du gouvernement… Ensuite, je fais l’interview de Marine Le Pen à part : le durcissement du discours du FN, la laïcité, son rapport à l’enseignement des langues régionales, ne peut-on avoir une république qui ne soit que, jacobine et centralisée… A vous d’écouter !

 

 


Conférence de presse et interview de Marine Le… par Loeildupharynx

 

Source : l’archipel contre-attaque

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram