Leif BlancCommuniqué de Leif Blanc, délégué national du Front National à la ruralité, l’agriculture et l’environnement

 

Stéphane Le Foll a longuement expliqué à quel point il était satisfait de l’accord sur la PAC négocié entre le Parlement européen, le Conseil et la Commission. Il a par contre omis de dire que deux des sujets les plus sensibles sont repoussés, à priori, au mois de septembre : la baisse de 14% des aides accordées aux agriculteurs français, le budget européen venant d’être accepté en l’état par le Parlement européen, et l’éventuelle mise en place de mesures de régulations du marché du lait après la suppression des quotas en 2015.

 

Si l’élevage, l’agriculture de montagne, les petites et moyennes exploitations ainsi que l’installation des jeunes sont encouragées à juste titre, ces aides ne compensent pas pour autant les dérégulations massives des marchés et le déséquilibre flagrant qui s’est installé entre les agriculteurs d’un côté et la grande distribution et les géants de l’agroalimentaire de l’autre.

 

Une politique agricole qui se refuse à réguler les prix, tant pour les consommateurs que pour les producteurs, qui ne veux plus intervenir afin d’équilibrer les productions entre-elle, aggravant d’année en année le déficit agricole de l’UE, et qui laisse une poignée de multinationale réorganiser les filières à son gré, est une politique démissionnaire et dangereuse. Cette PAC ne pourra rien faire pour enrayer l’explosion des scandales alimentaires pas plus qu’elle ne pourra stopper le surendettement et la ruine des agriculteurs, ni empêcher l’augmentation du coût de l’alimentation pour les ménages. Un désastre et une trahison des peuples européens que ne manquera pas d’aggraver encore la mise en place annoncée du traité de libre-échange transatlantique.

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram