« Mon royaume… pour un cheval »

FN FranceJametPortrait

Communiqué de presse de France Jamet, Membre du Bureau Politique du Front National, Présidente du Groupe FN en Languedoc-Roussillon

 

Avant lui, Esaü, affamé, préféra abandonner son droit d’aînesse à son frère Jacob pour un plat de lentilles.

 

On peut considérer qu’hier le Président Alary a, lui, sacrifié l’avenir de notre région Languedoc-Roussillon, a abandonné nos droits, notre identité et renoncé au devoir de résistance qui lui incombait pour…une vice-présidence aux côtés de Mme Delga.

 

Il faut dire qu’il fut en cela soutenu et appuyé par les élus de la majorité « de la gauche régionale » dont pas un ne broncha.

 

A l’instar de nos gouvernants UMPS qui ont aussi abandonné notre souveraineté nationale par intérêt ou par faiblesse à Bruxelles laissant ainsi la loi du marché et l’ultralibéralisme condamner nos familles, nos industries et nos espoirs.

 

Face à la pusillanimité des exécutifs en place, notre pays, notre région et nos compatriotes ont été livrés ici au PS de Solférino et là-bas à l’Europe des banques et des financiers qui sont, eux, tout entiers animés par une véritable volonté de dominer à tout prix !

 

Un cheval pour un royaume, Et « un marché de dupe… pour une vice-présidence ! »

Train à 1 euro : le mensonge d’Alary

FranceJamet IMG_5807_2_ppCommuniqué de presse de France Jamet, présidente des élus du groupe FN à la Région Languedoc-Roussillon, membre du Bureau Politique FN

 

Dès le 22 décembre 2014, lors du débat sur le vote du budget 2015, France Jamet, présidente des élus du groupe Front National, avait prévenu l’ensemble des conseillers régionaux du Languedoc-Roussillon concernant le train à un euro : « ni l’enveloppe de 3,5 millions d’euros, ni le cadencement ne le permettront ».

 

Nos concitoyens viennent de découvrir le 5 janvier que le Front National avait raison. C’est le premier mensonge d’Alary pour la nouvelle année puisque 5% seulement des billets seront à 1 euro et que pour la première journée un bug, habituel quand on parle de trains en Languedoc-Roussillon, a empêché cette promo…

 

A un moment où il est question de fermer de nombreuses petites lignes ferroviaires comme celle de « Alès – Génolhac », à une époque où les dotations de l’Etat sont si rares et les investissements locaux si attendus pour soutenir l’économie régionale et pour revitaliser le monde rural, le président socialiste de Languedoc-Roussillon n’a mieux à faire que de jeter l’argent public par les fenêtres en mettant en place cette opération de communication. Comme le confirme, Philippe Charlot, directeur régional de la SNCF : « ce que ne paie pas l’usager, c’est le contribuable qui paie ».

 

En plus d’exiger de la SNCF qu’elle tienne les tarifs et respecte les horaires en tant qu’organisatrice des transports (AOT), France Jamet pense qu’il aurait été plus judicieux en matière de déplacement ferroviaire et d’aménagement du territoire de disposer d’une ligne Montpellier – Toulouse à la hauteur de l’enjeu européen dont la fusion se prévaut et que l’UMPS a tant voulu.

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram