Louis Aliot, invité politique de Sud Radio

Louis Aliot, vice-président du Front National, député français au Parlement européen et tête de liste Bleu Marine aux élections régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, était ce jeudi 20 août 2015, l’invité politique de Christophe Bordet sur les ondes de Sud Radio.

 

Les socialistes osent tout. C’est à ça qu’on les reconnaît !

5Communiqué de Presse de Louis Aliot, Candidat chef de file FN/RBM pour la Région Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées

 

Après une réforme territoriale brouillon entraînant la division par deux du nombre de régions métropolitaines dans un amateurisme accablant, le Premier Ministre en plein été, tente de repêcher ses amis politiques empêtrés dans un charcutage et un chantage politicien digne d’une république bananière.

 

La création d’une présidence de région déléguée, dite Loi Alary, ne fait qu’accentuer l’opacité d’une mauvaise réforme territoriale, En effet, cette invention estivale n’a pour unique objectif que de faire conserver quelques privilèges à des élus locaux dans un partage indécent des places avant un scrutin.

 

Pendant que le chômage augmente et que les agriculteurs souffrent, la gauche plurielle « truque » et s’octroie des prébendes.

 

La présidence de région déléguée, ardemment défendue par son principal bénéficiaire pourrait ainsi permettre à l’édile régionale du Languedoc-Roussillon de continuer à bénéficier des largesses du statut de Président. Sans compter les frais annexes, pour lesquels il est bien impossible de mesurer l’exactitude des coûts, variant selon la « démagogie » des élus de gauche.

 

En définitive, le Gouvernement socialiste avait bien mal anticipé les conséquences des batailles fratricides que se livreraient les potentats locaux, donnant aujourd’hui un pitoyable spectacle de petits arrangements entre amis… Au frais du contribuable, bien-sûr !

 

L’accord avec les rotatives de Baylet commence à faire un peu trop de bruit et l’opinion découvre interloquée ces négociations honteuses. Ce détonant mélange d’argent, de politique et de groupe de presse a des conséquences nauséeuses sur le débat démocratique et son fonctionnement.

 

Il y a dans cette tambouille politicienne à gauche tout ce que les français exècrent et ne souhaitent plus voir : gaspillage de l’argent public, modification de la Loi à des fins partisanes et personnelles, et monopole de l’information par un groupe de presse politisé…

 

Il y a dans ce gouvernement et dans ce parti socialiste un profond mépris pour le peuple et la démocratie !

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram