France Jamet : « Nous sommes des élus à part entière »

Communiqué de France Jamet, Membre du Bureau Politique du Front National, Présidente du Groupe des Elus Front National-RBM au Conseil Régional du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

 

France Jamet 2

 

A la suite de l’assemblée plénière du 18 janvier 2016, France Jamet, au nom du Groupe des Elus Front National-RBM a demandé auprès du Tribunal Administratif de Toulouse la suspension et l’annulation de la délibération N°2016/AP-JANV/16 désignant les représentants du Conseil Régional au sein d’une centaine d’organismes extérieurs.

 

Sur les 758 désignations présentées, le Front National-RBM revendiquait en effet la prise en considération de son groupe fort de 40 élu(e)s à la Région, soit 1/4 de l’assemblée. Cette légitime revendication a été refusée par la présidente de l’exécutif, Madame DELGA, qui n’a accepté de leur « abandonner », comme pour le Groupe LR-UDI, que 9 représentants dans divers organismes.

 

Ce 19 février 2016, le Juge Administratif a rendu sa décision et considéré que le Conseil Régional ne pouvait s’abstenir de procéder à la désignation de certains représentants de la région dans ces 9 organismes que le Groupe FN-RBM avait refusé et considéré qu’il appartenait à la Région de désigner nominativement les représentants au sein des organismes extérieurs.

Le Juge a considéré qu’il y avait un doute sérieux sur la légalité de cette délibération et l’a suspendue.

En conséquence, le Conseil Régional devra à nouveau voter sur la nomination de ces représentants, ce qui révèle l’incompétence du Conseil Régional en la matière.

 

En revanche le principe de la discrimination dont le Front National-RBM estime être victime et qui, en tout état de cause est interdite, n’a pas retenu l’attention du Juge.

Sur cet argument, le Groupe Front National-RBM a décidé d’introduire un pourvoi en cassation devant le Conseil d’État.

En effet, il ne saurait y avoir d’élus et de citoyens de seconde zone.

Le Front National-RBM entend représenter dignement ses électeurs et défendre l’intérêt général au même titre que tous les autres élus de l’assemblée régionale.

Le Tour de France mérite un vin officiel FRANCAIS !

Jean Guillaume REMISE_006Communiqué de Presse de Jean-Guillaume Remise au nom du Groupe FN-RBM à la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (LRMP)
 
Le Groupe FN-RBM de la Région LRMP, première région viticole du monde, s’insurge contre la décision du Groupe ASO (Amaury Sport Organisation) d’avoir sélectionné comme vin officiel du Tour de France (dont il est propriétaire) un vin Chilien pour les trois prochaines éditions. 
 
Le Tour est l’événement sportif le plus regardé au monde après les jeux olympiques. Il est une vitrine de l’art de vivre français dans les 170 pays où il est regardé. Comment le groupe ASO peut-il justifier d’avoir sélectionné un vin d’une telle provenance ? C’est un affront fait au savoir-faire français et à nos viticulteurs alors que c’est la France qui lui sert de faire-valoir. 
 
 Ajoutons que les vins chiliens bénéficient à l’exportation de l’absence de droit de douane dans de nombreux pays (Japon, Chine,…). En effet, le Chili négocie bien mieux les conventions douanières que ne le fait l’Union européenne pour nos producteurs, rien ne sert d’être nombreux il s’agit d’être bon ! Le vin chilien se livre ainsi, vis-à-vis des vins européens et plus spécifiquement français, à une concurrence douanière féroce qui a un impact conséquent sur les exportations des vins de l’hexagone.  
 
 Le Groupe ASO, en ouvrant sa vitrine aux vins Chiliens tout en parcourant les routes de France, ne fait que participer à la mise en valeur d’un vin étranger qui bénéficie d’avantages concurrentiels que les vins français n’ont pas.
 
Nous demandons aux « villes étapes » et à toutes les collectivités qui participent financièrement aux passages du Tour de France sur leurs territoires de faire pression sur le groupe ASO pour qu’il revoie sa copie.
 
 

Bras de fer judiciaire à la Région : Front National 1, majorité 0 !

 

L’épisode est imminent politique et il vient de connaître un épilogue juridique. Le 18 janvier dernier, lors de la seconde assemblée plénière du nouveau Conseil Régional, le Front National bataille avec la majorité de gauche. La première force d’opposition ferraille pour obtenir des représentants dans des organismes extérieurs. Un vote (traduit dans une délibération) ferme les portes. La présidente du groupe FN, France Jamet saisit alors le tribunal administratif. La décision est tombée le 19 février. Le juge administratif suspend la délibération contestée. C’est une « simple » suspension et qui concerne uniquement une partie des désignations.

 

Le Tribunal administratif de Toulouse soulève, toutefois, « un doute sérieux sur la légalité de la délibération » votée par le conseil régional. La majorité régionale va devoir adopter une nouvelle décision.

 

Lire la suite sur le Blog de France 3

Conseil régional LRMP : Quelle place pour le FN dans les lycées et organismes extérieurs ?

Reportage de TV SUD publié le 23/02/2016 par Marlène Meck

 

Avec 40 élus au Conseil régional Languedoc-Roussillon – Midi-Pyrénées, le Front national occupe un quart des sièges de la nouvelle assemblée. Pourtant, le parti d’extrême droite s’estime discriminé quand il s’agit de représenter l’instance dans les organismes extérieurs et notamment les conseils d’administrations des Lycées. Explications.

 

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram