2017 : nous continuerons de défendre l’espérance d’un avenir meilleur

Les élus du Groupe FN-RBM

Les élus du Groupe FN-RBM

Conseil Régional d'Occitanie

Tribune des élus du groupe FN-RBM au Conseil Régional d’Occitanie ex Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

 

Nous espérons que vous avez passé de belles fêtes de Noël chaleureuses et entourés de ceux qui vous sont chers. Nous avons une pensée pour ceux qui ont dû les vivre seuls, touchés par la maladie ou la précarité. Car ces fêtes traditionnelles nous ramènent à l’essentiel : la Famille souvent malmenée par les politiques et le partage.

 

Janvier, c’est l’occasion de faire le bilan et de prendre des engagements.

En 2016, on sait déjà que les élus de la majorité de gauche n’ont pas tenu les leurs.

 

Mme Delga promettait « plus de démocratie » :

Le nouveau règlement intérieur muselle l’opposition, interdit les débats, prive de liberté d’expression les élus, ôte toute transparence sur les dossiers et subventions.

Nous sommes interdits de représentation dans les organismes extérieurs et les conseils d’administration des lycées.

 

Elle promettait « plus d’économies » :

L’impréparation de la fusion de nos deux régions est flagrante et se révèle être un véritable gouffre financier. Les déplacements des services et élus entre les deux capitales coûtent très cher. On parle même d’acheter un 3ème Hôtel de Région !

 

Elle promettait « moins d’impôts » :

Sa première mesure fiscale a été d’augmenter le tarif de la carte grise puis de soutenir cet été la création de la Taxe Spéciale d’Équipement Régionale (TSER). La Taxe sur l’essence (TICPE) qui touche particulièrement les zones rurales, les familles, les artisans et commerçants est maintenue à son plus fort taux.

 

Elle promettait une « gestion exemplaire » :

De l’affaire AWF à l’affaire Baylet (groupe monopolistique de presse régional qui a obtenu le marché pour l’impression de ce journal) en passant par l’affaire Négrier (condamnée pour détournement de fonds), les affaires se succèdent.

 

Nous avons chaque fois dénoncé et lutté contre ces scandales.

 

Et nous avons aussi fait des propositions :

– Pour que l’on donne aux collectivités les moyens d’assurer la défense des libertés et la sécurité des Français, nous avons déposé un vœu de soutien aux forces de l’ordre.

– Pour que l’argent public soit utilisé avec précaution, vers ce qui prime, nous avons déposé un vœu de soutien aux Français déshérités tandis que Mme Delga a préféré donner 1000 euros aux clandestins installés dans notre région.

Ces deux vœux ont été rejetés par la gauche majoritaire et la « droite-centriste » des LR.

 

Nous sommes les seuls à vous défendre vraiment.

 

En 2017, nous continuerons de le faire :

– Pour moins de fiscalité, plus de démocratie,

– Pour que cessent les gaspillages, la comm’, le clientélisme et l’électoralisme,

– Pour que ceux qui sont au pouvoir ne tournent plus le dos à la réalité, aux Françaises et aux Français.

 

C’est le respect et la défense de ces valeurs qui nous donnent l’espérance d’un avenir meilleur.

Bonne année et tous nos vœux de réussite pour 2017 !

Cliquez ici pour télécharger le document.

Face aux vautours du mondialisme, il faut rétablir et défendre le capitalisme entrepreneurial

Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe FN-RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

« Vivarte », 1er groupe français d’habillement et de chaussures, regroupe plusieurs marques célèbres. Il comptait 22.000 salariés en 2014, 17.500 en 2016 et aujourd’hui, son nouveau patron, Patrick Puy, devrait vraisemblablement présenter son plan stratégique et sans doute un nouveau plan massif de licenciements, en majorité des femmes (80%), souvent précaires et à temps partiel (51%).

Dans notre région ce sont au moins 9 magasins « La Halle aux Vêtements » et 2 magasins « André » qui seraient menacés, sans compter les enseignes « Caroll », « Kookaï », « Chevignon », « Naf Naf », « La Halle », « André, Minelli »… achetées par « Vivarte ».

Tout a commencé lorsque l’entreprise paternaliste et familiale « André » est tombée entre les mains d’investisseurs étrangers. Avec l’arrivée des financiers, après être passée de main en main et avoir racheté des entreprises textiles (*), les erreurs de stratégie se sont multipliées : Le but n’étant pas d’investir mais de vendre l’entreprise au bon moment.

C’est cela la différence entre le capitalisme entrepreneurial et le capitalisme financier. Le chiffre d’affaire s’est effondré et la dette a explosé.

 

« Vivarte », est aujourd’hui étranglé par un surendettement de 1,5 milliards d’euros et un taux usuraire de 11%, car derrière le groupe textile se cache « Oaktree », un fonds américain qui est à la fois actionnaire et créancier de la société !

L’Etat aurait dû intervenir. Il n’a absolument rien fait au nom du sacro-saint principe de libre-échange de l’Union Européenne et de la concurrence libre et non faussée. Ainsi, la haute finance mondiale absorbe la richesse et les savoirs de nos entreprises françaises.

Marine Le Pen appliquera un modèle de patriotisme économique et de protectionnisme intelligent qui préservera l’emploi. Elle favorisera les investissements via un fond souverain français (CDC/BPI France) et la concurrence loyale en France.

(*)André, Besson Chaussures, Caroll, Chaussland, Chevignon, Coctel, Cosmoparis (anciennement Cosmo), Creeks, Fosco, Kookaï, La Halle, La Halle aux chaussures, La Halle, Outlet, Liberto, Défi Mode, Merkal, Minelli, Mosquitos, Naf Naf, Pataugas, Saison 2, San Marina, SuperSport (vendue)

La course à l’échalote 2017 de la gauche (1er tour)

Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe FN-RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

A l’occasion des Primaires Citoyennes, Mme Delga a cru bon de tenter sa chance et a fait ses jeux.

Elle a malheureusement parié, pour la région Occitanie, sur Manuel Valls.

Dans cette course du 1er tour, il y avait :

  • 1 non-partant (Gérard Filoche) ;
  • 7 partants dont Arnaud Montebourg et Manuel Valls, donnés favoris, Vincent Peillon, Benoît Hamon, outsiders ;
  • et 1 handicap : Sylvia Pinel.

Encore une fois, Carole Delga n’a pas misé sur le bon che-Valls !

Quelle poisse.

Double crise pour nos agriculteurs Gersois

Communiqué de presse de Jean-Luc YELMA
Secrétaire Départemental du Front National du Gers
Conseiller régional Front National-RBM au Conseil Régional d’Occitanie


C’est une nouvelle tragédie qui vient de frapper nos agriculteurs Gersois. Toujours pas remis de la précédente crise de 2015 où la grippe aviaire avait touché durement les aviculteurs, un nouveau virus hautement pathogène, le H1N8, vient une fois de plus faire apparition dans nos exploitations.

Cette nouvelle crise menace un bon nombre d’exploitations et déstabilise la filière. L’abatage massif de palmipèdes est une perte financière sans précédent pour les exploitants. Les trésoreries sont au plus bas et ont été très affaiblies par la première crise. En effet, les indemnisations n’ont toujours pas été soldées et les meures de bio sécurité ont généré des frais supplémentaires.

Il est à rappeler que nos agriculteurs Gersois subissent depuis 2015 un affaiblissement considérable de leurs trésoreries, une première crise indemnisée à 70 %, des mesures de bio sécurité coûteuses, des aides pour la filière BIO de 2015 et 2016 toujours pas versées et de surcroît un plafonnement imposé avec une rétroactivité et pour finir la catastrophe actuelle dont le coût reste à déterminer.

Le Front National demande : que l’État négocie avec les banques les reports de prêts et l’aide aux petites trésoreries sans frais supplémentaires, une mise en place immédiate d’un fond d’indemnisation pour la filière, le versement des sommes dues de la première crise (30%), la mise en place d’une commission afin de raccourcir les délais d’alerte et pour terminer le règlement immédiat des aides à la filière BIO de 2015.

Vœux pour 2017

France Jamet et l’ensemble de vos élus du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie / LRMP vous souhaitent leurs meilleurs vœux pour l’année 2017 !

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram