L’agriculture d’Occitanie mérite la préférence régionale !

Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

Le 23 février dernier, à la veille du salon de l’agriculture, les chambres d’agriculture ont rendu publiques leurs propositions au futur Président de la République française. De nombreuses demandes de ces chambres sont partagées par le programme présidentiel de Marine Le Pen.

Les chambres d’agriculture proposent par exemple la « préférence territoriale » dans la commande publique. Depuis plus d’un an, les élus du groupe FN-RBM au Conseil Régional d’Occitanie travaillent dans ce sens.

Les élus du Front National proposent, à chaque nouvelle commande publique qui concerne l’approvisionnement des cantines des lycées, le durcissement de certains critères pour favoriser nos agriculteurs régionaux (rapidité d’intervention, proximité et accessibilité, connaissance de l’environnement local). Ces amendements, comme les autres donnant la priorité aux Français, sont tous refusés par le système LRPS.

Il y a deux types de représentants du peuple : ceux qui parlent et ceux qui agissent. Carole Delga et sa majorité « communiquent ». Les élus patriotes travaillent pour rendre aux agriculteurs leur dignité. Marine Le Pen, Présidente de la République, remettra la politique agricole en ordre et appliquera le patriotisme économique aux produits agricoles français (engagement n°125).

Travailleurs détachés en Occitanie : le gros mensonge de Delga et de la presse Baylet

Travailleurs détachés en Occitanie : le gros mensonge de Delga et de la presse Baylet

Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

Membre du Bureau Politique du Front National

La majorité régionale, comme la presse Baylet, avait avancé le nombre de 1 400 travailleurs détachés pour toute la Région Occitanie en 2016. Ce nombre sorti de nulle part, volontairement sous-estimé, vient d’être contredit par le préfet de l’Hérault. Rien que pour ce département, ce sont au moins 4 312 travailleurs détachés qui étaient employés en 2016, la moitié dans le BTP.

En extrapolant les chiffres nationaux (400 000 travailleurs détachés en France) et locaux (4 312 dans l’Hérault), on peut légitimement supposer que le nombre de travailleurs détachés en Occitanie, se situe dans une fourchette allant de 22 000 à 34 000. Soit vingt fois plus qu’annoncé ! Et ce nombre augmente de manière exponentielle à cause des lois Macron et El Khomry soutenues par Delga (+25% pour la seule année 2015).

En instaurant le dumping social sur tout le territoire national, les travailleurs détachés sont devenus une « véritable arme » de l’utra-libéralisme qui pénalisent très fortement les TPE-PME locales comme le dénonçaient déjà les élus du Groupe FN RBM le 31 mai 2016.

Delga et sa majorité de gauche, accompagnées encore une fois des élus « Les Républicains » ont instauré ce système létal pour l’emploi et la croissance en Occitanie. En Assemblée plénière, ils refusent, main dans la main, de voter les amendements que seuls les élus du Groupe FN-RBM proposent pour favoriser l’accès aux TPE-PME locales à la commande publique et pour lutter contre l’utilisation de travailleurs détachés.

Le gros mensonge de Carole Delga et de la presse Baylet a été révélé au grand jour : ils ont fait le choix de défendre les travailleurs étrangers. Mais que soient rassurés les travailleurs français, les chômeurs français, les petits patrons français, les indépendants et artisans français, Marine Le Pen sera bientôt à l’Elysée pour instaurer la priorité nationale !

Les villes moyennes sont les perdantes de la métropolisation !

Communiqué de presse de France Jamet
Présidente du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie
Membre du Bureau Politique du Front National

 

Selon France Stratégie – organisme de réflexion stratégique rattaché au Premier ministre (M. Valls à l’époque) – depuis 15 ans, à peu près la date de la prise de pouvoir de la gauche en Occitanie, on assiste à une hypermétropolisation autour de Montpellier et surtout de Toulouse, aspirant tous les emplois à valeur ajoutée.

Les métropoles, véritables trous noirs de l’emploi, ne laissent autour d’elles que le désert. L’exemple midi-pyrénéen est saisissant. Sous l’impulsion de la gauche, les 7 départements autour de Toulouse ont subi un accroissement massif du chômage au profit de la métropole toulousaine.

Et le pire, c’est que le chômage s’accroît depuis ces quinze années en Occitanie. Les métropoles ne sont donc pas créatrices d’emploi mais destructrices de ceux en ruralité.

Carole Delga et sa majorité de gauche n’ont pas pris en compte le bilan de leurs politiques économiques et territoriales. Au contraire, la gauche mais aussi  « Les Républicains » poussent vers l’ère des métropoles, reléguant définitivement les villes moyennes au banc de la Nation.

Fort heureusement, le Front National est là pour défendre les oubliés de la République. Ils refusent une France à deux vitesses avec les privilégiés des métropoles et les exclus de la ruralité. L’élection de Marine Le Pen, à la Présidence de la République, va rendre enfin possible l’égalité réelle entre les territoires.

Le Parlement de la Mer méprise nos Travailleurs de la Mer !

Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

Le Parlement de la Mer essuie sa première tempête à l’occasion du projet dystopique d’installation de fermes éoliennes off-shore au large de nos côtes.

Alors que cette institution nous avait été vendue pour « rassembler les acteurs de la mer », elle ne consulte en réalité que les figurants, sans oublier d’exclure l’opposition et les artisans de la mer.

Le prud’homme major du port de Sète vient d’en faire l’amère expérience. Bien que premier concerné par cette folie de priver les marins-pêcheurs de zones de pêche, le président socialiste du Parlement de la Mer, M. Codorniou l’a ignoré.

Derrière leurs belles paroles politiciennes, que ce soit en période électorale ou devant les caméras, Carole Delga et sa majorité socialo-écolo-communiste mènent en réalité un combat à mort contre nos marins pêcheurs. Cela se traduit au niveau européen par des directives létales et à l’échelon régional par ce mépris affiché et assumé.

Seuls contre tous, encore une fois, les élus du Front National ont dénoncé en Assemblée régionale ce projet d’éoliennes off-shore. Ces installations ne sont pas écologiques, leur coût est insupportable pour le contribuable et elles pénalisent nos marins-pêcheurs et le fret maritime.

Le système UMPS ne doit plus continuer. Pour remettre en ordre la « Politique de la Mer », le seul choix possible, c’est le Front National et Marine Le Pen !

 

Aberration de la fusion des régions

Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

Ça y est, l’Insee se réveille ! Un an après la fusion imposée par le gouvernement socialiste des ex-régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, une étude de l’Insee et de l’aua/T intitulée « Aires urbaines en Occitanie : deux grands réseaux adossés » vient confirmer ce que le Front National a dénoncé dès le départ : le redécoupage des régions est totalement incohérent.

Dans le dossier, paru hier, les auteurs énoncent clairement : « Les aires urbaines de Toulouse et de Montpellier appartiennent toujours à des réseaux différents, distincts. L’aire urbaine de Toulouse se raccroche à celle de Bordeaux tandis que celle de Montpellier est plus orientée vers le réseau Marseille-Aix. Nous sommes au point T zéro de la relation entre le réseau de Toulouse et celui de Montpellier ».

Si l’Insee et l’aua/T ne s’en rendent compte qu’aujourd’hui, le Front National avait déjà anticipé et mis en garde, il y a plus d’un an, sur le caractère « technocratique, anti-démocratique et contraire au modèle républicain » de la loi NOTRe. Ce découpage arbitraire n’avait en réalité qu’un seul objectif : empêcher le Front National de prendre le pouvoir en Languedoc-Roussillon.

Maintenant que la magouille politicienne des socialistes est clairement vérifiée, reste à savoir si leur argument de « faire des économies en fusionnant les régions » tient la route. C’est pour cela que les élus du groupe FN RBM ont demandé et obtenu, le 3 février dernier, la création d’une Mission d’Information et d’Evaluation afin d’établir la vérité sur cette question.

 

Téléchargez le dossier de l’Insee et de l’aua/T :

Aires urbaines en Occitanie deux grands réseaux adossés 2017 02 14

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram