Communiqué de presse de France Jamet

Présidente du groupe des élus FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

Ça y est, l’Insee se réveille ! Un an après la fusion imposée par le gouvernement socialiste des ex-régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, une étude de l’Insee et de l’aua/T intitulée « Aires urbaines en Occitanie : deux grands réseaux adossés » vient confirmer ce que le Front National a dénoncé dès le départ : le redécoupage des régions est totalement incohérent.

Dans le dossier, paru hier, les auteurs énoncent clairement : « Les aires urbaines de Toulouse et de Montpellier appartiennent toujours à des réseaux différents, distincts. L’aire urbaine de Toulouse se raccroche à celle de Bordeaux tandis que celle de Montpellier est plus orientée vers le réseau Marseille-Aix. Nous sommes au point T zéro de la relation entre le réseau de Toulouse et celui de Montpellier ».

Si l’Insee et l’aua/T ne s’en rendent compte qu’aujourd’hui, le Front National avait déjà anticipé et mis en garde, il y a plus d’un an, sur le caractère « technocratique, anti-démocratique et contraire au modèle républicain » de la loi NOTRe. Ce découpage arbitraire n’avait en réalité qu’un seul objectif : empêcher le Front National de prendre le pouvoir en Languedoc-Roussillon.

Maintenant que la magouille politicienne des socialistes est clairement vérifiée, reste à savoir si leur argument de « faire des économies en fusionnant les régions » tient la route. C’est pour cela que les élus du groupe FN RBM ont demandé et obtenu, le 3 février dernier, la création d’une Mission d’Information et d’Evaluation afin d’établir la vérité sur cette question.

 

Téléchargez le dossier de l’Insee et de l’aua/T :

Aires urbaines en Occitanie deux grands réseaux adossés 2017 02 14

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram