Hausse du chômage en Occitanie : Quand Carole Delga travaille, ça se voit !

Communiqué de presse de Julien Sanchez, Président du Groupe FN-RBM au conseil régional d’Occitanie

Contrairement à ce que le gouvernement se plait à proclamer partout, le chômage en France ne diminue pas : c’est même le contraire.

Ainsi, au niveau national, et selon des chiffres officiels (pourtant souvent calculés avantageusement), il a augmenté de 2,5% sur un an, pour les catégories A, B et C.

Avec des résultats encore plus mauvais que le reste du pays, la Région Occitanie fait peine à voir : le nombre de chômeurs de ces catégories y a augmenté de 2,6% depuis août 2016, soit 14 720 chômeurs en plus, 14 720 situations personnelles difficiles.

De ces chiffres, nous tirons deux enseignements. D’abord, la loi El Khomri, toujours ardemment défendue par Emmanuel Macron, n’a eu que des effets désastreux, puisque le chômage ne cesse d’augmenter.

On ne crée pas des emplois en précarisant les salariés français, nous l’avons toujours dit.

Ensuite, nous constatons l’échec total du fameux « plan Marshall pour l’emploi », lancé en grande pompe par Carole Delga en mars 2016. 18 mois après, le chômage augmente plus vite en Occitanie que dans le reste de la France. Un échec.

En économie, comme dans tant d’autres domaines, Carole Delga devrait faire preuve d’un peu plus de modestie, écouter son opposition du Front National et sortir de l’hyper-communication qui la caractérise : l’Occitanie en a besoin !

Il est temps de protéger les entreprises et les emplois des Français, de les favoriser sur les marchés publics et de libérer l’innovation et les TPE-PME des contraintes juridiques et fiscales. Il est temps aussi de s’intéresser à l’ex Languedoc-Roussillon, véritablement oublié par la nouvelle Présidente qui n’y a toujours pas harmonisé plusieurs dispositifs et ne connaît pas cette ancienne région où elle refuse même d’aller dans certains endroits (parce qu’ils votent mal ?).

Tant de mesures que Carole Delga ne veut pas ou tarde à appliquer. On en voit aujourd’hui le résultat !

Fin des éditions locales de France 3 : En marche vers un « jacobinisme régionaliste » !

Communiqué de presse des élus du Groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

France 3, « la chaîne de télévision de proximité du service public », vient d’annoncer la suppression de ses décrochages locaux. En Occitanie, les éditions locales du Tarn, du Pays Catalan, du Pays Gardois et du Quercy-Rouergue vont ainsi disparaitre en 2018.

 

Outils essentiels de l’information de proximité, ces éditions locales sont un rendez-vous quotidien important pour de nombreux Français. Loin des prétextes budgétaires, leur suppression s’inscrit dans une volonté politique de régionalisation à outrance et de déracinement des populations.

 

Julien Sanchez, Président du groupe FN RBM, et les élus du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie désapprouvent cette décision, apportent leur soutien aux journalistes et salariés des éditions locales de France 3 et se joignent au Député Louis Aliot pour demander à la direction de France Télévisions de maintenir ces éditions locales.

 

Aides au Bio : face à l’abandon de l’Etat, la Région doit réagir !

 

Communiqué de presse de Jean-Guillaume Remise – Vice-Président du groupe FN RBM

et de Jean-Luc Yelma – Conseiller régional, membre de la Commission Agriculture

 

C’est un nouveau coup dur pour l’agriculture biologique. Après les plafonnements rétroactifs des aides régionales 2015 et 2016 mis en place par Carole Delga, voici que son collègue socialiste et actuel Ministre de l’Agriculture Stéphane Travert vient de décider de supprimer les aides de l’Etat au maintien de l’agriculture bio.

 

Alors que le secteur connaît une explosion de conversion (+10 % en 2016) et de consommation (+20 % en 2016), cette décision risque de mettre en danger une grande partie des agriculteurs ayant fait le choix du bio en leur faisant perdre, selon la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, jusqu’à 50 millions d’euros d’aides.

 

Cela s’inscrit malheureusement dans la longue tradition des politiques socialistes basées sur le changement constant des règles du jeu, l’absence de vision à long terme et la confiance aveugle dans la fameuse « main invisible » régulatrice des marchés financiers. Les agriculteurs ont besoin de stabilité, de visibilité et de protection !

 

Face à cette menace, qui prouve une nouvelle fois que les socialistes sont les ennemis de l’agriculture biologique, les élus du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie demandent à la Région de réagir pour compenser la participation de l’Etat et permettre le versement des aides Feader.

Cachez cette précarité des lycéens français en Occitanie que la gauche régionale ne saurait voir…

Communiqué de presse de Julien Sanchez

Président du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

Quelques jours après la rentrée scolaire, les associations de parents d’élèves s’alarment de la grande précarité constatée chez les lycéens de plusieurs établissements de notre région (notamment en Haute-Garonne), du nombre de sans-abri dans la population lycéenne régionale et de l’absence d’assistantes sociales dans de nombreux lycées d’Occitanie alors que ce métier est un thermomètre et que ce qu’il mesure doit mobiliser notre attention.

Et pour cause, la température de la précarité des jeunes explose : 20% des jeunes vivent en effet sous le seuil de pauvreté et le nombre de jeunes sans-abri a augmenté l’hiver dernier. Or, droite et gauche au pouvoir (que ce soit au niveau national ou au niveau régional), n’ont rien fait pour endiguer cette paupérisation, bien au contraire : austérité contre les familles, assujettissement à l’ultra-libéralisme de Bruxelles, immigrationnisme, priorité étrangère dans la politique du logement social, réformes scolaires entraînant un nivellement par le bas…

Le silence de la Présidente Delga, ancien Ministre, sur ce problème essentiel de la précarité des jeunes Français tranche avec son battage médiatique pour l’accueil de migrants et sa communication indécente et tapageuse intitulée « avec la région, ma rentrée ne coûte pas un bras ».

Pendant ce temps, les parents d’élèves d’Occitanie calculent le moindre achat pour ne pas finir « manchots » avant la rentrée des classes…

Le Front National souhaite réserver les aides sociales aux Français afin de renforcer le principe de solidarité et couper les pompes aspirantes de l’immigration, améliorer l’accès aux minimas sociaux pour nos jeunes, permettre la relance d’une politique sociale ambitieuse au service des Français d’abord, et non au bénéfice d’une immigration incontrôlée comme c’est le cas actuellement.

Le Front National souhaite aussi recréer les conditions du retour de l’emploi en oxygénant l’entreprenariat et notamment les PME-PMI-TPE-TPI et l’artisanat (première entreprise de France) qui aimeraient tant pouvoir embaucher sans être fiscalement massacrés.

Autant de mesures qui permettront de redonner confiance et de réarmer nos jeunes Français et leurs familles dans une société confiscatoire de plus en plus individualiste et mondialisée où de plus en plus de familles se retrouvent à la rue dans l’indifférence générale des pouvoirs politiques en place.

Procès de Nîmois partis en Syrie et en Irak pour rejoindre l’Etat Islamique

Communiqué de Presse de Yoann GILLET – Conseiller régional d’Occitanie, Président des groupes FN à Nîmes et Nîmes Métropole

Alors que s’ouvre aujourd’hui à Paris le procès de quatre jeunes Nîmois partis en Syrie entre 2010 et 2014, je tiens à rappeler que seul le Front National dénonce depuis des années la situation des banlieues françaises.

A Nîmes, ce sont, selon les chiffres officiels, une quinzaine d’habitants des quartiers sensibles qui auraient rejoint l’Etat islamique en Syrie et en Irak.

Au-delà de ce phénomène, la capitale gardoise est gangrenée par l’islamisme.

Les politiques nationales (qui ont favorisé une immigration de masse et in fine l’idéologie islamiste) et la politique locale de l’équipe municipale (visant à faire plaisir à certaines communautés dans un but purement électoraliste) sont les causes directes de la situation des cités nîmoises.

Je dénonce avec force les politiques menées par des hommes publics qui ne pensent qu’à leurs intérêts avant de penser à ceux de notre Nation.

Seul le Front National dit la vérité depuis des années et a les solutions pour combattre l’islamisme.

Il faut :

– Stopper d’urgence l’arrivée de migrants

– Rompre avec le laxisme et la faiblesse

– Expulser immédiatement les fichés S étrangers

– Engager des procédures accélérées pour déchoir de leur nationalité les fichés S binationaux

– Engager des poursuites pour intelligence avec l’ennemi contre les fichés S de nationalité française

Une réponse sécuritaire plus globale est également nécessaire, avec le recrutement de 15.000 policiers et gendarmes, la remise à niveau et la réorganisation des renseignements, le renforcement de nos capacités militaires,…

La France doit aussi mieux coopérer avec ses alliés pour lutter contre le terrorisme et, au contraire, revoir ses relations vis-à-vis du Qatar et de l’Arabie Saoudite, promoteurs de l’obscurantisme islamiste.

L’idéologie islamiste ne doit pas avoir droit de cité en France.

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram