Vivre ensemble : Des morts, des morts, des morts …

Communiqué de presse de Christophe Barthes – Conseiller régional et Conseiller municipal de Trèbes – et des élus du groupe FN RBM au Conseil Régional d’Occitanie

Les deux attaques terroristes qui ont eu lieu dans l’Aude, d’abord à Carcassonne puis à Trèbes, plongent notre groupe dans une profonde tristesse et une révolte tout aussi grande.

Depuis l’attaque terroriste contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo en 2015, les postures politiques, les bougies, les marches blanches apparaissent des armes bien pâles face à l’islamisme qui ne s’embarrasse pas de forme et ne se trompe pas de buts : imposer une idéologie, mettre à mal l’Occident, nos valeurs et notre civilisation.

Pendant que l’on se questionne sur l’éventualité des retours des djihadistes français partis en Syrie, la France compte à nouveau ses morts. Nos responsables politiques sous la mandature du président Emmanuel Macron comme sous celle de Monsieur Hollande, n’ont pas pris la mesure des enjeux et des risques pour préserver « le vivre ensemble ».

Ce « vivre ensemble », c’est celui du refus :
– de fermer les mosquées islamistes répertoriées par le ministère de l’Intérieur,
– d’arrêter les financements étrangers des mosquées,
– d’exclure les imams étrangers,
– d’imposer le prêche en langue française,
– de reconnaitre les erreurs dans notre politique arabe, notamment en Syrie,
– de ne pas voir qui est l’ennemi prioritaire,
– de condamner la Turquie dans sa politique d’élimination des Kurdes de Syrie qui ont vaillamment combattu l’Etat islamique.

En région, lorsque nous soulevons les carences de la politique régionale pour prendre en compte les dérives islamistes dans divers plans d’action, notamment le « Plan Régional Egalité Femme-Homme », Carole Delga nous sert son verbiage habituel de la non-stigmatisation. Ne pas qualifier l’adversaire, c’est déjà perdre la guerre.

Les élus du groupe FN RBM présentent aux familles des victimes leurs sincères condoléances et réaffirment d’être toujours et encore aux avant-postes dans ce combat.

Censure au Conseil régional : Bienvenue au Delgastan !

Communiqué de presse des élus du groupe FN RBM au Conseil régional d’Occitanie

Dans le cadre de la préparation de l’Assemblée Plénière du Conseil Régional d’Occitanie du 23 mars 2018, les élus du groupe FN RBM ont déposé trois vœux, selon les modalités du règlement intérieur de la Région.

Arguant de l’absence de relation avec l’intérêt régional, l’exécutif socialiste vient de refuser l’inscription de ces trois vœux à l’ordre du jour.

Les questions de la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires de la région, du soutien au personnel pénitentiaire des prisons d’Occitanie et de la lutte contre le commerce des femmes et des enfants ne sont donc pas considérées comme relevant de l’intérêt régional et ne seront donc pas débattues au Conseil régional.

Les élus du groupe FN RBM s’insurgent contre cette censure arbitraire qui prive encore davantage l’opposition de ses droits démocratiques les plus fondamentaux, même si nous comprenons que certains sujets gênent la majorité régionale.

Renouvellement des instances du FN : L’Occitanie très bien représentée

Communiqué de presse des élus du groupe Front National

Rassemblement Bleu Marine au Conseil régional d’Occitanie

 

A l’occasion du XVIe congrès du Front National, les membres du Mouvement étaient appelés à renouveler le Conseil National (ex. Comité Central). Nous tenons à remercier les milliers d’adhérents qui ont porté leurs suffrages sur l’ensemble des candidats d’Occitanie.

 

Cette confiance des adhérents a été justement récompensée par l’élection de 10 cadres et élus de notre région au sein du Conseil National qui sont par ordre d’arrivée :

 

  • Louis ALIOT – Député des Pyrénées-Orientales,
  • Julien SANCHEZ – Maire de Beaucaire et Président du groupe FN-RBM au Conseil régional d’Occitanie,
  • France JAMET – Député français au Parlement européen et 1ère Vice-Présidente du groupe FN-RBM au Conseil régional d’Occitanie,
  • Olivier MONTEIL – Conseiller régional d’Occitanie,
  • Alain JAMET – Conseiller régional honoraire de l’ex Languedoc-Roussillon et membre fondateur du Front National,
  • Guillaume VOUZELLAUD – Conseiller municipal de Lunel et Secrétaire général du groupe FN-RBM au Conseil régional d’Occitanie,
  • Yoann GILLET – Conseiller régional d’Occitanie, Conseiller municipal et communautaire de Nîmes,
  • Julien LEONARDELLI – Conseiller régional d’Occitanie,
  • Christophe BARTHES – Conseiller régional d’Occitanie, Conseiller municipal de Trèbes,
  • Jean-Luc YELMA – Conseiller régional d’Occitanie.

Et à laquelle, il faut ajouter la cooptation de Gilbert COLLARD – Député du Gard.

 

En outre, la Présidente, Marine LE PEN, a nommé au Bureau National 5 responsables d’Occitanie : Louis ALIOT, également membre du Bureau Exécutif, Gilbert COLLARD, Alain JAMET, France JAMET et Julien SANCHEZ.

 

Ces résultats révèlent l’importance de l’enracinement du Front National dans notre région comme l’implication des adhérents d’Occitanie dans la vie interne de notre Mouvement.

 

Les élus d’Occitanie sont honorés de pouvoir pleinement contribuer au Rassemblement National voulu par Marine Le Pen, prélude indispensable à nos prochaines victoires locales, régionales et nationales !

Convention SNCF : Halte aux surfacturations !

Communiqué de presse des élus du groupe FN-RBM au Conseil Régional d’Occitanie

 

Alors que le gouvernement vient d’annoncer la réforme de la SNCF et que la Région Occitanie devrait signer sa nouvelle convention TER dans les prochaines semaines, les élus du groupe FN-RBM au Conseil Régional s’interrogent sur les révélations concernant certaines pratiques douteuses de la SNCF.

En effet, selon « Le Canard Enchainé », la SNCF embellirait ses comptes « en surfacturant » ses services. Ainsi, le pelliculage des rames aux couleurs régionales, l’installation de caméras de surveillance dans les gares ou encore la vente d’autocollants signalétiques seraient autant de moyens pour faire gonfler les contributions financières régionales.

Le Front National s’est toujours méfié des factures présentées par la SNCF. Ainsi, le groupe FN n’a pas validé la signature de la convention SNCF / Languedoc-Roussillon 2007-2014. Il s’est même régulièrement opposé aux clôtures d’exercices comptables et aux avenants de cette même convention, notamment de 2011 et de 2015. De même, en juin dernier, le Front National s’était positionné favorablement à la mesure unilatérale de la Région pour forcer la SNCF à revoir sa copie et à faire preuve de plus de transparence.

Malheureusement, les négociations entre Carole Delga et la SNCF devraient aboutir à la signature d’une nouvelle convention 10 % plus coûteuse que les précédentes (287,5 millions d’euros contre 260 aujourd’hui). Il y a fort à parier que la SNCF aura encore réussi à berner l’exécutif socialiste.

Pour le Front National c’est clair : il faut que la SNCF cesse de prendre les Régions pour des pompes à fric. Dans l’intérêt sur service public, SNCF Mobilités doit livrer aux usagers des trains sûrs, propres, à l’heure, en quantité suffisante et à un coût justifié pour les contribuables.

SIA : Le muscat de Lunel encore récompensé !

Communiqué de presse de Julia Plane

Conseillère régionale FN-RBM d’Occitanie et Conseillère municipale de Lunel

Le muscat de Lunel vient une nouvelle fois d’être distingué au Salon International de l’Agriculture grâce à une médaille d’or ainsi que deux d’argent, décernées respectivement au Château Tour de Farges, au château de la Devèze et à l’IGP Pays d’Oc.

Je tiens à féliciter chaleureusement les producteurs de ces AOC et IGP qui font du Lunellois une vitrine d’excellence et de savoir-faire en matière d’art de vivre à la française. Grâce à leur travail d’une exceptionnelle qualité, les vignerons lunellois contribuent à redorer, passionnément, le blason de notre commune.

Alors que la concurrence déloyale des vins espagnols plombe une conjoncture économique déjà morose, que les fortes gelées de l’an passé n’ont par ailleurs pas aidé à améliorer, ces décorations sont une excellente nouvelle pour des professionnels de la filière en quête de nouveaux débouchés.

La reconnaissance de ces produits issus d’un vignoble millénaire sera vaine à court terme si les pouvoirs publics continuent à faire preuve de laxisme vis-à-vis des vins espagnols dont l’étiquette est falsifiée.

Il est plus que jamais nécessaire de protéger nos vignerons ainsi que nos paysans des ravages de la mondialisation et de la dérégulation afin de leur permettre de vivre dignement de leur production. Il en va de la transmission de nos richesses patrimoniales aux futures générations.

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram