Revenons donc sur les élections partielles municipales qui se sont déroulées dans le Gard à SAINT-GILLES…
Histoire d’en rire ou d’en pleurer ( ?) lorsque l’on voit jusqu’où peuvent aller les magouilleurs de la politique, les prêts à tout… pour être élus ou réélus.

Examinons d’abord le déroulement de cette campagne et l’étonnant report des voix entre les deux scrutins.

Les résultats au 1er tour des élections donnaient :
– VALADIER (candidat UMP revendiquant dans sa liste un candidat factice du FN) : 35,41%
– LAPIERRE (candidat ex-UMP revendiquant un slogan FN :  « Saint-Gilles d’abord » … dans le genre » » Les Français d’abord ! ») : 20,42 %

Et deux candidats de gauche :
– ROUQUEL : 16,09%
– Et GAIDO (PS) : 28,08 %

Que croyez-vous qu’il arrivât, alors que tout le monde annonçait la liste VALADIER mathématiquement gagnante à l’issue de ce premier scrutin ?

On a vu d’abord Monsieur LAPIERRE (UMP sans-papier) appeler à voter pour le candidat socialiste au 2ème tour.
Quand on vous dit qu’Ump et Ps, c’est du pareil au même !

Mais surtout, on a pu observer, avec une certaine délectation, Monsieur VALADIER qui s’empêtrait dans des tripatouillages électoralistes, jonglant avec les ambitions personnelles, démesurées et quelquefois difformes de drôles de personnages. Comme Daniel MASSEBIAU, autoproclamé candidat FN stratégiquement placé sur cette liste UMP, afin d’attirer les voix des électeurs du Front National.

Sauf que :
MASSEBIAU, qui avait pris sa carte en 2007, a été déclaré indésirable au sein du Front National quelques semaines plus tard. Ni lui ni  VALADIER n’étaient habilités à le réintégrer dans les rangs frontistes, alors surtout que cette forfaiture d’étiquetage frauduleux‘ consistait uniquement à récupérer les voix des électeurs du Front et servir l’Ump.

Messieurs VALADIER et MASSEBIAU ont trompé ces électeurs et faussé la sincérité du scrutin ! Du moins, c’est ce qu’ils ont tenté de faire au 1er tour.

Les électeurs n’ont pas été dupes pour le 2ème tour ! (*). C’est le socialiste Alain Gaido qui a remporté l’élection avec 51,52 % des suffrages, devant la liste de l’ex premier adjoint, Eddy Valadier.
Bien mal acquis, ne profite jamais. Et c’est tant mieux.

Les menteurs ont payé le prix de leur déshonneur. Restent encore, me direz-vous, quelques faussaires… Les électeurs les attendent au tournant des prochaines échéances électorales !

* (cf. communiqué rectificatif du FN dans les colonnes de MIDI LIBRE du 14 octobre 2010)

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram