Ce matin (30 oct. 2011), Midi Libre publie un article totalement diffamatoire à l’égard de Julien Sanchez.

 

Il lui est imputé d’avoir menacé de mort un élu, d’avoir écrit une diatribe contre les immigrés et les kebabs ainsi que d’avoir laissé un message très particulier (sic) à destination d’une personne proche d’un élu UMP.

 

Ces imputations sont totalement fausses et mettent gravement en cause Julien Sanchez. Il poursuit donc en diffamation Alain Plombat, le directeur de la publication de Midi Libre devant le tribunal correctionnel.

 

La mauvaise foi du quotidien est largement démontrée puisqu’aucun journaliste n’a téléphoné à Julien Sanchez pour l’interroger sur ces accusations particulièrement graves comme l’exige la jurisprudence en matière de droit de la presse.

 

Droit de réponse de Julien Sanchez, conseiller régional FN en Languedoc Roussillon, adressé par lettre recommandée avec AR au directeur de la publication de Midi Libre suite à un article de ce jour paru dans l’édition de Nîmes – Uzège – Camargue – Cévennes.

Julien SANCHEZ
BP 87033
30910 NIMES CEDEX 2

 

Le 30 OCTOBRE 2011

 

LETTRE RECOMMANDÉE AVEC AR

 

M. Alain PLOMBAT
Directeur de la publication
MIDI LIBRE
34438 SAINT JEAN DE VEDAS CEDEX

 

Monsieur le directeur de la publication,
Je suis gravement mis en cause dans l’édition « Nîmes – Uzège – Camargue – Cévennes » de Midi Libre datant du 30 octobre 2011, page 3, sous le titre « Le FN dérape ».

 

Conformément à l’article 13 de la loi du 29 juillet 1881, je vous prie et au besoin vous requiers de bien vouloir insérer le droit de réponse suivant à la même place et mêmes caractères que l’article incriminé dans les trois jours suivant la réception de cette lettre. Passé ce délai, une procédure sera effectuée devant le tribunal compétent.

 

Début du droit de réponse :
« Dans votre édition du 30 octobre 2011, vous m’accusez de plusieurs actes particulièrement graves et qui sont totalement faux. Je n’ai jamais menacé de mort Franck Proust. De même que je n’ai jamais adressé de message très particulier à une personne proche de Franck Proust. Pas plus que je n’ai écrit une quelconque diatribe sur les immigrés et les kebabs sur Facebook. J’ai chargé mon avocat d’engager des poursuites en diffamation contre ces imputations particulièrement attentatoires à mon honneur et à ma considération. »

 

Fin du droit de réponse.
Bien à vous.
Julien SANCHEZ
Conseiller régional
Membre du Comité central du FN

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram