Libres propos de Cyril Orsatti

 

Une partie de l’équipe du FN 34 s’était organisée tout naturellement pour ce Banquet des Mille, afin d’assister à la présentation du projet présidentiel du Front National porté  par notre candidate à la présidentiel de 2012, Marine Le Pen.

 

Le rendez-vous était donné ce matin à 7h00 à la gare de Montpellier, direction la capitale pour cette journée importante. Militants, responsables et candidats aux prochaines législatives étaient du voyage : Yamina Vion, Chef de cabinet du secrétaire départemental du FN 34, Alexandra Poucet, Trésorière du FN 34, le Professeur Jean-Luc Bouchereau, Conseiller politique de Marine Le Pen à l’écologie, José Castano, écrivain talentueux et Cyril Orsatti, Responsable de la communication numérique de la fédération. Nous allons rejoindre Guillaume Vouzellaud, notre secrétaire départemental et membre du Bureau Politique, Alain Jamet, 1er Vice président FN et France Jamet, notre présidente du groupe FN au Conseil Régional, déjà sur place depuis vendredi.

 

Inutile de vous dire que les 3 heures qui nous séparaient de la capitale se sont très vite écoulées, à presque 300 km par heure pourrait-on dire, TGV oblige. L’enthousiasme animait toute l’équipe, à la fois pour le programme annoncé mais également dans l’idée de rencontrer bon nombre de militants venus de toute la France. Dès la sortie de la Gare de Lyon, direction le métro où nous croisons déjà quelques militants partageant notre passion commune ; ça s’annonce palpitant. Quelques minutes de marche par un soleil matinal parisien, il faut croire que nous avons retrouvé notre soleil du midi pourtant mis à mal depuis quelques semaines par les pluies successives et nous voilà enfin devant l’entrée de la salle Equinox dans le XVe.

 

L’accueil est chaleureux, on ressent l’atmosphère d’une France qui se retrouve enfin, croisant de simples militants mélangés avec les personnages les plus connus du Bureau Politique. Les échanges vont bon train et le tout baigne dans une courtoisie qui fait plaisir à vivre. Armée d’un bracelet vert qui vous donne l’accès à cette grande salle organisée en un immense restaurant habillé par une très belle décoration aux couleurs Bleu “Marine”, blanc, rouge.

 

Le temps que les quelques milles personnes s’installent à leurs tables, l’arrivée de Marine Le Pen était digne d’une star… On ne peu plus naturel en réalité, souriante et rayonnante, c’est toute la salle qui se lève sous les applaudissements assourdissants… ça y est, notre “grande dame” est dans la salle, parmi nous, à la table réservée aux membres proches de l’équipe de campagne dont notre France Jamet et Alain Jamet étaient bien entendu conviés. Un petit pincement de fierté se fait sentir pour nous, avouons le, en toute simplicité.

Après un repas honorable et un service parfais, il faut le souligner, Marine qui s’était éclipsée un courts moment juste avant la fin du repas pour une conférence de presse, est annoncé par Julien Sanchez au micro afin de commencer le grand discours que attendons tous. Et cette deuxième entrée, on s’en souviendra !

 

Les journalistes avaient eu l’accès à la salle une vingtaine de minutes avant l’annonce de Julien. Dès les premiers pas dans le couloir central de Marine Le Pen, on se serait cru au coup d’envoie de la finale de la coupe du Monde de Rugby ! Une meute de journalistes se bousculant, presque à se marcher les uns sur les autres pour avoir “La photo” face à Marine qui avançait sereinement vers la scène sous une ovation générale et un tonnerre d’applaudissement qui fessait trembler toute la salle. Ça y est, notre chef de file, notre candidate nous donne en directe l’image d’une grande présidente, humble et élégante, belle et majestueuse, d’une grande présence, et pour nous, l’émotion est à son comble : presque la larme à l’œil !

 

S’en suit un discours d’une grande maitrise, forts et explicite à la fois. Les grandes lignes sont posées avec son lots de nouveautés, sous les caméras et photographes venus de tous médias confondus, dont certains d’entre eux n’en reflèterons que peux de choses le lendemain. Mais cela, nous en avons maintenant la triste habitude, et peu importe, car l’ensemble de la population sait dorénavant que certains journalistes télévisés entre autres, dont les plus connus d’entre eux, ne sont plus que les “perroquets de l’AFP”… Sans commentaire, bien entendu !

La vidéo complète du discours de Marine Le Pen sur nationspresse.info

 

.

La fin du discours par le chant de la Marseillaise entouré par la “jeunesse Marinière” était un point finale fraternel qui fait battre nos cœur patriotique.

Mais, j’ai vécu à la fin du chant, quelques secondes beaucoup plus émouvantes : Marine se retrouve soudainement avec un petit bébé dans les bras… et il y a eu cet échange de regard avec ce tout petit bout de choux adorable, un regard que j’ai pu attrapé au hasard sans doute. Il y avait dans les yeux de notre présidente une sincérité et un tel naturel éblouissant qui montre sans aucun mot, sans explication, une honnêteté sans faille que l’on ressent uniquement entre quatre yeux, démonstration soudaine d’une intégrité infaillible et absolument totale. Le cœur de notre Marine s’est dévoilé le temps d’une micro seconde et je l’ai saisie !

 

Sur le train du retour, que j’ai partagé avec notre ami le professeur, je me suis endormie avec ce regard de quelques secondes, mais qui porte toute l’espérance et toute la grandeur d’une France que j’aime, celle des 30 glorieuses, celle dont je rêve, celle qui enterrera définitivement les 40 piteuses que nous avons traversées et qui nous a conduit à la ruine !

 

Son discours de plus d’une heure qui véhiculait toutes les idées du Front, m’est apparu soudainement totalement englobé par cet instant inouï, d’une femme sincère, émue et éblouie par l’innocence d’un enfant ! Cette image absolument symbolique met en évidence que notre candidate est fondamentalement et au dessus de tous discours, à l’opposé absolu de la corruption qui gangrène notre classe politique au pouvoir, qui n’ont qu’un regard rempli d’intérêt ! On peu choisir ses mots, les étudier, les travailler, mais le regard ne trompe jamais, surtout devant celui d’un enfant.

 

Marine, notre présidente à commencée sont discours par une citation de Clemenceau, que je reprendrait volontiers comme conclusion à notre voyage, comme le départ de notre combat, pacifique et politique, mais sans oublier que l’enjeux est de sauver notre pays :

 

Il faut d’abord savoir ce que l’on veut, il faut avoir le courage de le dire, il faut ensuite l’énergie de le faire”.

Allez lire le discours complet de Marine Le Pen sur le site du Front ici

 

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram