pour mieux la détruire !!

Une nation, c’est un ensemble de personnes qui ont, à travers les difficultés des jours et des années, choisi de rester ensemble, de vivre ensemble, utilisant la même langue, les mêmes modes de vie, les mêmes habitudes, les mêmes loisirs sportifs et culturels.

 

De toute évidence, ces caractères, ces comportements, ces préférences, sont le résultat d’un choix permanent. L’un des éléments de ce choix et des motivations qui le précèdent et l’accompagnent, est constitué aussi par l’ensemble de souvenirs communs, agréables ou terribles, récents ou transmis par les parents, les aïeux, les évènements de l’activité artistique, l’Histoire. Les souvenirs et la remémoration d’un tel ensemble peuvent être désignés par l’expression générique  « la culture générale » du pays choisi par la nation.

 

     Car un pays, ce n’est pas seulement quelques arpents de terre : depuis la plus ancienne antiquité, des peuples entiers ont été déracinés, déportés, capturés et déplacés, mais ont gardé précieusement ce qui faisait d’eux une nation. Je ne citerai comme exemples que  la nation juive, déportée à Babylone par Nabuchodonosor bien avant notre ère, et la nation arménienne, l’une des plus anciennes nations chrétiennes, qui,  plus récemment, sont restées elles-mêmes malgré les vicissitudes que l’on sait.

 

 

      Or, danger sournois ! c’est précisément cette pérennité, cette continuité digne de tous les éloges, cette volonté diffuse mais réelle de partager un destin  tout en voulant rester soi-même, que certains de nos dirigeants actuels et nombre de candidats à leur succession, veulent effacer, dénaturer, NOUS faire oublier ! C’est cette persévérance, cette identité de volontés, que déjà du temps de l’Ermite Errant « ils » ont commencé à rogner sous des prétextes humanitaires fallacieux, remplaçant les droits du sang versé, des efforts continus au long des ans, par un pseudo-droit du hasard du sol. Pseudo-droit aléatoire, droit des naissances au hasard, droit des individus non invités, naissances par vols charters, ou droit des conquêtes sournoises et lentes sous le couvert d’une hospitalité qu’ils refuseraient avec indignation d’exercer si seulement ils devaient accueillir chez eux (derrière leur porte bien verrouillée et gardée) toute cette « misère du monde ».  Ainsi, comme une poule pond ses œufs au hasard de la basse-cour, pof ! Voilà un rejeton qui se retrouve aussi Français qu’un Bara, qu’un Viala, qu’un Jean Moulin !!! Mais peut-être ce ne serait pas aussi aléatoire que l’on peut croire ! Certain étranger, que j’ai bien connu, quoique né à Paris, n’était devenu Français que parce qu’il s’est porté volontaire en 1914, s’est « farci » la prétendue « Der des der » jusqu’en 1918!

 

 

     Mais aujourd’hui, après avoir réduit l’Education nationale à n’être plus qu’une Instruction notoirement insuffisante (où ni la lecture, ni l’écriture, ni le calcul ne sont plus enseignés rationnellement), voilà que ces gens ont, en douce, pratiquement supprimé la culture générale… Mais voici qu’après en avoir éliminé l’enseignement au lycée, ils la rendent définitivement inutile, en la supprimant aussi du concours d’entrée à Sciences Politiques, l’une au moins de nos « grandes écoles », de celles où l’on prétend former nos futurs dirigeants – je n’ai pas dit   » nos futures « élites », qui sont supposées devenir les responsables, en tant que diplomates, de nos  destins, de nos vies et celles de nos enfants ! Sans avoir acquis les connaissances historiques indispensables en ce domaine !!! En d’autres termes, réduire non futurs dirigeants à n’être que de pauvres ignorants face aux diplomates étrangers, c’est, comme a dit un jour lointain l’un de nos vrais hommes d’Etat, reprenant une formule encore plus ancienne, « Ce n’est pas une faute, c’est un crime » !

 

     Et, face à de tels agissements criminels, une seule réplique s’impose, urgemment nécessaire,  indispensable : la légitime défense ; FAIRE FRONT !

L’écrieur du coeur

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram