Marine Le Pen, France Jamet Présidente des élus Fn au Conseil régional et Alain Jamet, 1er Vice-Président du Front National

 

Ce 15 mars 2012 , au plus fort de la crise qui secouait la pêche en Méditerranée, Marine Le Pen, petite fille de pêcheur, est venue écouter les revendications de nos pêcheurs. 

 

Depuis plusieurs semaines, les patrons de chalutiers et les marins-pêcheurs méditerranéens manifestaient leur mécontentement et ont plusieurs fois  « interpellé » le président-candidat. En vain.

 

Ils réclamaient notamment l’arrêt du remboursement des aides du fonds de prévention des aléas à la pêche (FPAP) rendue plus difficile encore par la flambée du gazole et la pénurie de la ressource halieutique.

 

Ils demandaient aussi qu’un allongement des arrêts temporaires (biologiques) leur soit accordé et que le gouvernement reconnaisse qu’ils n’étaient en rien responsable de la pollution qui décime les poissons bleus.

 

Pour être enfin entendus, après avoir engagé un blocus des ports de la Méditerranée, le prud’homme major, Pierre d’Acunto avait même entamé une grève de la faim.

 

Marine Le Pen a été la seule à demander à les rencontrer et à les écouter.

 

Elle leur a aussi donné sa vision de la pêche professionnelle et de tous les métiers de la mer sacrifiés par la politique de Bruxelles avec l’accord de l’Umps! 

 

Marine Le Pen a ainsi dénoncé l’attitude du gouvernement qui, se réfugiant derrière la « volonté » de Bruxelles, renonçait à soutenir nos pêcheurs. Ces excuses sont « trop faciles ». La baisse du prix du carburant pour les pêcheurs procède d’une « volonté politique » de nos gouvernants.

 

La pêche étant d’un intérêt vital pour notre pays, nous avons le droit de ne pas nous soumettre à ces technocrates qui ont décidé de les condamner.

 

Marine Le Pen : « On a beaucoup menti aux Français« 

 

Elle a continué en déclarant :

 

Je prends l’engagement de tenir tête à Bruxelles.

 

La pêche étant vitale pour nous, aucun quota ne nous sera imposé qui aille à l’encontre de nos intérêts nationaux.

 

Nous n’abandonnerons pas nos pêcheurs qui font un métier extrêmement difficile et qui sont aujourd’hui payés en-deçà du RSA.

 

Au-delà de la baisse de 20% sur la TIPP appliquée sur l’ensemble du territoire à l’ensemble des Français, l’effort national sera renforcé pour la pêche a-t-elle garanti.

 

Conscients  que la France représente la 2ème puissance maritime du monde que l’on peut légitimement considérer comme « l’Or bleu » français, Marine Le Pen s’est engagée à appliquer une politique stratégique maritime à la hauteur de nos immenses capacités et de nos ressources, de nos espérances et de la France.

 

Déclaration de Marine Le Pen à nos pêcheurs de la Méditerranée : « L’Umps, l’Union Européenne et Bruxelles vous ont condamnés à la double peine » [Enregistrement, cliquez ci-dessous]

[audio:http://www.francejamet.fr/son/marine-sete-pecheus-condannes-double-peine.mp3]

 

Tous les représentants des métiers de la pêche, de la mer et de l'ostréiculture étaient présents.

 

 

 

Conférence de presse des Pêcheurs de la Méditerranée, emmenés par Monsieur D’Acunto, 1er Prud’homme à Sète, avec Marine Le Pen [Enregistrement, cliquez ci-dessous]:

[audio:http://www.francejamet.fr/son/marine-sete-conference-de-presse.mp3]

 

Tous les représentants des métiers de la pêche, de la mer et de  l’ostréiculture étaient là. Messieurs Pierre D’Acunot, 1er prud’hommes, Pascal Germa, patron pêcheur,  Raphael Scannapieco, armateur sétois de thoniers, Gaëtan, Bruno et Sauveur  Ligori, patrons-pêcheurs à Sète, Alain Rico,  pêcheur à Port-Saint-Louis du Rhône, Robert Aversa, patron pêcheur, Bernard Perez, président de la CLPMEM de Port Vendres, Jean-Marie Nocca, armateur, M. Talano et Ghislain Sabatier, pêcheur, et un représentant des ostréiculteurs…

 

 

 

Reçus à Paris par les directeurs de cabinet de M. Sarkozy et Lemaire, ce 21 mars 2012, les pêcheurs sont restés dans un flou obscur.

Le gouvernement s’est retranché derrière les directives de Bruxelles qui interdisent les aides de minimis, les aides au remboursement des aides au gazole (FPAP). Les exonérations de charges salariales étant dérisoires, les extensions d’arrêts temporaires mis sur le compte des régions, …

« L’Etat sera garant auprès des banques » a certifié le député Ump (car l’essentiel c’est bien de préserver les banques pour l’UMPS?)

 

Il est clairement apparu que l’Etat n’entendait rien faire pour sauver nos pêcheurs et pour dire non à Bruxelles.

 

« Un enterrement de 1ère classe » regrettait Monsieur D’Acunto.

 

Marine Le Pen s’est engagée  (page 13)

La pêche professionnelle étant vitale pour l’équilibre de notre littoral, elle a proposé une gestion responsable des ressources halieutiques, tout à fait compatible avec la préservation de notre flotte de pêche.

 

La politique commune de la pêche négociée avec l’Union Européenne étant préjudiciable à la pêche française, un système basé sur la saisonnalité et la sélection des modes de capture sera instauré, plus simple à mettre en oeuvre et à faire évoluer, mais surtout moins contraignant pour les marins-pêcheurs.

 

Enfin, un ministère de la Mer sera créé qui mettra en oeuvre une véritable politique de valorisation de nos ressources maritimes (halieutiques, énergétiques, minérales, …)

 

Les travailleurs de la mer et de nos lagunes seront réintégrés dans leurs droits, remis à l’honneur et respectés.

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram