Après Shanghai, Londres, New-York et Bruxelles, la Région Languedoc-Roussillon vient dʼouvrir une nouvelle « ambassade ». À Casablanca cette fois. Lors de la dernière séance plénière [20 juillet 2012, ndlr], Christian Bourquin, le président de région, était euphorique. On allait voir ce quʼon allait voir, on allait faire péter les ventes du vin « Sud de France » !

« Si vous connaissiez la géopolitique, vous sauriez que le Maroc cʼest la porte du Maghreb » lança-t-il aux élus de lʼopposition nationale qui lui rappelaient à juste titre le coût de fonctionnement exorbitant (3 millions dʼeuros) des « ambassades » à lʼétranger, dont celle en Italie qui a dû fermer… Bourquin ferait mieux de revoir ses références question géopolitique au lieu dʼinvectiver France Jamet, la présidente du groupe Front National : en effet, depuis novembre 2011, le Premier ministre marocain nʼest autre que le président du PJD, le Parti de la justice et du développement, une formation islamiste tendance Frères musulmans, comparable aux fondamentalistes de Tunisie et dʼÉgypte. Malgré leur allégeance de façade à la monarchie alaouite, les islamistes du PJD entendent changer en profondeur la société marocaine. Le tourisme est même accusé dʼêtre une source de péchés… Un mouvement politique très puissant dans lʼopinion publique marocaine et qui est parti en croisade contre lʼalcool. Le PJD veut en augmenter les taxes : en juin, son groupe parlementaire a déposé une proposition de loi de huit articles visant à interdire toute publicité aux boissons alcoolisées en tout genre et où que ce soit, y compris dans les séries télévisées (lesoir-echos.com, 4 juin 2012). Les islamistes sʼen sont même pris à la bière locale…

Et avec tout ça, le socialiste Bourquin ouvre une « ambassade » du Languedoc-Roussillon au Maroc ! Pour y vendre de la limonade halal, peut-être ?

_______

Cet article est tiré de Nations Presse Magazine n°29, septembre 2012. Pour vous abonner, c’est ici

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram