CR ELUS 10-11-29 France Jamet13Communiqué de presse de France Jamet, Présidente des élus du groupe FN au Conseil régional de Languedoc-Roussillon, Membre du Bureau Politique du Front National

 

Comme le sous-entend le Premier ministre (PS), les LGV en projet – à l’exception de Bordeaux-Toulouse, dans le meilleur des cas – vont devoir prendre la voie de garage.

 

Le rapport de la commission présidée par un député PS, remis cet après-midi au ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, remettant en cause l’avenir du train à grande vitesse, est l’illustration de la faillite de l’Etat UMPS depuis un quart de siècle et la preuve que les politiques de décentralisation qui se sont succédées depuis les années 1980 n’étaient qu’illusion et gabegie. Les impôts nationaux cumulés aux impôts locaux ont augmenté pendant que dans le même temps l’ensemble des services dus aux citoyens diminuait dramatiquement.

 

Pour les politiques de l’UMPS depuis plus de 25 ans, Paris et le désert français restent une réalité ! Or, pour palier à leur déficience politique, l’Europe devait tout résoudre. Sur les écrans de télévision, on les voient sauter sans cesse en répétant, tels des cabris : « L’Europe, l’Europe, l’Europe ».

Résultat : le seul maillon manquant, d’intérêt européen, permettant de rejoindre le nord et l’est de l’Europe avec la péninsule ibérique, n’est plus…

 

Le Midi est donc toujours le grand oublié des investissements nationaux alors que le gouvernement entend cette année embaucher 60 000 fonctionnaires de plus. Ils préfèrent sacrifier l’avenir de nos provinces françaises en augmentant délibérément certaines dépenses de fonctionnement tout en diminuant drastiquement des investissements porteurs d’avenir.

 

Une politique semblable est menée par la majorité aux commandes du Languedoc-Roussillon, amenant à une paupérisation progressive de la région. Cet engagement de Georges Frêche en 2004 est aujourd’hui sacrifié par sa majorité gouvernementale et locale sur l’autel des banksters européens.

Que de bobards et de mensonges de la part de l’UMPS qui depuis 1989, nous raconte que le Languedoc-Roussillon va être relié à l’Europe, le tout à grand renfort d’argent public.

 

Les Languedociens et Roussillonnais sauront, lors des prochaines élections, s’en souvenir et répondre efficacement, dans les urnes, à cette politique d’abandon généralisé de nos intérêts locaux et nationaux et à ces incohérences de gestion : en votant massivement pour les candidats du Front National, créant de fait une lame de fond qui balaiera des décennies de gestion UMPS, irrationnelle et ubuesque de notre pays.

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram