FranceJametCRIntervention de France Jamet, présidente des élus du groupe Front national et Membre du Bureau Politique FN, en séance plénière extraordinaire au Conseil régional du Languedoc-Roussillon

 

 

 

Monsieur le Président,

Chers Collègues,

Mesdames et Messieurs de la société civile, économique et sociale,

 

 

NOUS SOMMES CONTRE CE GRAND CHAMBARDEMENT PARCE QUE :

 

D’un point de vue historique,

Cette fusion n’est ni la Narbonnaise, ni la Septimanie ni même l’ancienne province du Languedoc.

 

D’un point de vue économique,

Les économies d’échelles ne sont pas garanties. L’exemple des intercommunalités qui avaient été présentées à l’époque par souci de rationalisation économique ont largement démontré le contraire

 

Nous sommes contre parce que :

L’explosion des métropoles au détriment des départements entraînera un gigantesque déménagement du territoire (comme cela s’est déjà produit en Midi Pyrénées avec Toulouse) qui se traduira par des transferts massifs d’emplois publics et de leurs familles, des plans sociaux et la désertification de nos territoires,

 

Nous sommes plus généralement contre parce que :

En France, cette réforme devrait toucher 300 à 350 000 personnes, soit 1 million de personnes avec leur famille, dans un pays gravement touché par le chômage, la crise économique, les délocalisations et le poids des charges et de la dette contractée par les gouvernements UMPS.

 

Il n’échappe à personne ainsi que c’est sous la dictée de Bruxelles et pour contrer le Front National et minimiser la déroute de la gauche aux prochaines régionales, que ce découpage s’est imposé et a germé dans le cerveau fertile de notre président pour des motivations essentiellement politiciennes  sans que personne n’ait voulu prendre la peine de « calculer » ou de prendre en compte l’impact et les effets néfastes de ces tripatouillages (entre copains de promo à l’Ena et autres comparses…)

 

Ici, on en voit déjà les conséquences avec les dissensions qui éclatent.

Hier G. Frêche vs Saumade, Frêche vs Vézinhet, Frêche vs Blanc, aujourd’hui Saurel vs Bourquin! Demain Bourquin vs Malvy !!

Ce sont encore et toujours des querelles de personnalités et d’égos plus que sur des thématiques politiques.

Ces bisbilles nous ont fait perdre des années et des décennies et n’ont pas cessé depuis 40 ans. Elles viennent de se rallumer.

Bien sûr, le PS n’en a pas le monopole, mais il en détient une bonne part !!!

 

On peut admirer et observer également la souplesse, les contorsions et incohérences des élus régionaux qui votent Pour la réforme à Paris et votent Contre en redescendant au « pays » ! Ou bien vont stratégiquement aux toilettes au moment d’assumer leur choix.

Questions sur les parlementaires présents et élus et leurs votes en assemblée (Ex. Anne-Yvonne Le Dain…)

 

Il y a en fait beaucoup plus de cohérence dans la ligne politique de l’UMPS qu’entre les élus socialistes eux-mêmes au sein de leur parti…! Il serait temps de clarifier ces positions.

 

Nous l’avons déjà évoqué lors de la précédente assemblée, cette réforme est particulièrement dangereuse pour la démocratique et l’esprit républicain de notre pays.

 

De ces super régions naîtront des féodalités régionales sans contre pouvoir qui détruiront les fondements de notre République.

 

Et si, selon le modèle que vous défendez ensemble à l’UMPS et que nous dénonçons seul contre tous c’est : des métropoles, des super régions et Bruxelles.

Notre Modèle pour lequel les Français se sont clairement exprimés lors des dernières élections européennes, ce sont des Communes à l’identité affirmée, des départements et la Nation.

Nous pensons que ce sont les bons niveaux d’administration pour être au plus près de la population tout en rationalisant au mieux les économies d’échelles et une véritable égalité républicaine

Et cet Etat Nation dont la souveraineté et les principes doivent être réaffirmés sera modernisé et trouvera toute sa place au sein d’une Europe des Nations.

 

Ceci dit, … si Gouverner c’est prévoir, Gouverner c’est aussi choisir et trancher !

 

Nous pensons que l’on peut prédire que cette réforme ne se fera vraisemblablement pas.

 

HOLLANDE  pour camoufler les dégâts de sa politique a présenté un projet raturé, dessiné sur un bout de nappe, bâclé, sans vision, sans clarté, totalement improvisé.

 

Il est aux abois « désespérant de tout et de lui-même ! »  indécis et flottant,

il a voulu paraître comme l’homme du « changement » qu’il a vendu aux Français en 2012 ET dont la côte continue de dégringoler historiquement !

 

il s’agissait de compenser ou faire oublier son déficit de popularité. Hollande a cru que les Français seraient derrière lui,

 

Le mille feuille administratif :

Tout le monde était contre seulement voilà, c’est … Hollande etc., petit bras, sans la moindre concertation et surtout après des discussions de marchand de tapis… Entre acolytes et copains de promos…

 

Tout ce qu’il touche, tout ce qu’il propose et proposera est et sera systématiquement rejeté et refusé, sa personne comme sa politique.

C’est magique ! HOLLANDE TRANSFORME L’OR EN PLOMB.

 

Mais c’est un avantage majeur dans notre lutte aujourd’hui contre cette fusion !

 

 

Solution : FN force de proposition respectueuse

 

La simplification avancée aboutira tout simplement à l’éloignement de nos concitoyens par rapport aux décisions et aux décideurs à l’inverse de ce que nos compatriotes attendent.

 

Les limites territoriales de notre région doivent être maintenues. Mais, nous pensons que nos régions doivent devenir des Etablissements publics de coopération interdépartementales administrés par une partie des conseillers territoriaux (généraux) qui représenteront leur département.

On gérerait ainsi l’équilibre territorial sur le territoire régional notamment entre la grande agglomération chef lieu (et nous n’avons pas dit « métropole ») les autres pôles urbains et les zones rurales.

les attributions des actuels régions en matière de développement économique et d’organisation des transports reviendraient à l’Etat qui pourrait impulser les stratégies de développement en partenariat avec les départements et en consultant les partenaires sociaux sur la base de contrat pluriannuels.

L’Etat relayé sur le plan territorial par les préfets et leurs services doit retrouver l’élan de développement et de modernisation qui a été celui de nos Trente Glorieuses et conjuguer ses ambitions avec celles des élus territoriaux et des partenaires économiques

 

 

Cette réforme ne se fera pas seulement en raison des problèmes de compétence, d’identité, d’emprise de limite territoriale, des  institutionnelles, qu’elle pose dramatiquement :

 

Vraisemblablement non, parce qu’il y a autant d’obstacles différents et dangereux qui devrait engager Hollande à reculer :

 

– constitutionnel (sans doute)

 

– la résistance des deux assemblées, (UMPS)

 

Encore conviendra t’il dès maintenant de demander à nos parlementaires élus régionaux, de se prononcer clairement sur cette fusion qu’ils ont extraordinairement votée à Paris, et sur lesquels ils sont taisants ou absents une fois sur le terrain.

 

Il serait souhaitable et nécessaire également d’engager Tous les élus parlementaires à se prononcer clairement sur ce point et à signer avec nous cette motion issue de notre délibération de ce jour.

 

 

La réorganisation territoriale envisagée remet en cause le pacte national et ne peut ni ne doit se faire dans le dos du Peuple ni même par un arrangement entre élus au pouvoir.

 

– Un référendum s’impose… National, il semble  improbable car il sera plus dangereux encore pour le Président

 

Il nous faut donc organiser un référendum local qui présentera quelques risques cependant, ne l’oublions pas ! Ainsi Monsieur Viola, président du Conseil Général de l’Aude, lui-même revendique le rattachement à Midi-Pyrénées.

 

Si Hollande devait forcer les assemblées à voter en Congrès (comme en 2008) contre la volonté du Peuple surtout, nous nous demanderons alors la dissolution de l’assemblée nationale tant la fracture entre les Français et nos gouvernants s’amplifie…

 

N’oublions pas, Chers Collègues, Mesdames et Messieurs les représentants de notre société civile, que pendant ce temps-là, le chômage empire, l’insécurité grandit, la crise se fait sentir de plus en plus douloureusement, le pouvoir d’achat s’effondre…

et même si pendant ce temps-là l’équipe de France peut statistiquement arriver jusqu’aux quarts de finale, il n’en demeure pas moins que : … les temps sont de plus en plus durs pour nos compatriotes.

 

Certains ont parlé tout à l’heure de « révolution »… Oui, nous sommes dans un état pré-révolutionnaire que le pouvoir doit prendre enfin en considération.

 

Alors nous signerons ensemble et avec vous cette motion car il est impératif que Monsieur Hollande  prenne enfin la mesure de ce qui compte pour les Français et de ce qui les préoccupent… avant que la légitime colère populaire du Peuple de France ne s’exprime dans la rue… comme elle commence à le faire … sans que l’on sache où tout cela va finir !

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram