FN FranceJametPortraitCommuniqué de presse de France Jamet, Présidente des élus du groupe Front National au Conseil régional du Languedoc-Roussillon, Membre du Bureau Politique du FN

 

La Commission permanente du Conseil régional de Languedoc-Roussillon qui s’est réunie le 25 septembre 2015 a adopté en catimini (la presse et le public n’étant pas invités) le programme du Fonds Européen Agricole de Développement Rural (FEADER) pour la période 2014-2020.

 

France Jamet, présidente du groupe FN, regrette qu’une séance plénière n’ait pas été jugée nécessaire par la majorité socialiste sur un dossier de fond (sans individualisation) qui concerne la ruralité pour un montant global de 597,1 millions d’euros dont la majeure partie (388,4 millions d’euros) est consacrée à des mesures environnementales. Le public comme les journalistes auraient ainsi pu savoir que ce programme européen, dans un langage abscons et technocratique, dont certaines parties sont encore rédigées en anglais, n’est que la mise en forme régionale en 1358 pages des priorités de la Commission Européenne.

 

Or, les priorités de l’Union Européenne ne sont pas celles des Languedociens et des Catalans. Sacrifiés sur l’autel « du tout tourisme » depuis des lustres par l’Union Européenne, ce plan européen met en œuvre la doctrine libérale du « laisser-faire, laisser-passer », sans répondre aux attentes importantes de la ruralité.

 

Le monde agricole et rural, ignoré en son temps par l’UMP, n’est d’ailleurs pas non plus une priorité pour la majorité socialiste au pouvoir depuis 10 ans en Languedoc-Roussillon :

– La Région Languedoc-Roussillon n’a pas fait le moindre geste en direction des producteurs de viande locaux en préconisant, par exemple, pour les restaurants des lycées (qu’elle gère), l’achat de viande française en priorité.

– La Région ne fait rien contre la concurrence déloyale de producteurs de fruits en provenance d’Espagne qui inondent le marché régional avec des produits à prix bas du fait de l’emploi de main-d’œuvre à bas coût.

– La majorité régionale n’a rien dit, rien fait, contre les conséquences de la politique atlantiste menée par le gouvernement socialiste et la présidence de François Hollande contre la Fédération de Russie, ce qui a entraîné en retour un boycott des produits nationaux, en général, et régionaux en particulier.

 

Il y a donc urgence à remplacer la Politique Agricole Commune par une Politique Agricole Française favorable à nos paysans et à nos viticulteurs (avec un bonus de 8 milliards à la clef). C’est ce que les élus du Front National ont chaque fois défendu sur les bancs de l’opposition en hémicycle régionale. Pour notre Région, Louis Aliot, tête de liste régionale pour le Front National et le rassemblement Bleu Marine, s’engage également à promouvoir une politique régionale ambitieuse et sincère en direction de la ruralité en favorisant notamment les circuits courts et les produits locaux pour les marchés de l’institution.

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram