En hommage à son ancien collègue Emmanuel Macron et en bonne Socialiste, Carole Delga reprend le célèbre « en même temps » du Président pour cacher les problèmes qu’elle contribue aussi à créer.

Elle assure lutter contre l’antisémitisme mais EN MÊME TEMPS Carole Delga inaugure la grande mosquée de Toulouse avec l’imam Mohamed Tataï, contre lequel le parquet de Toulouse a ouvert une enquête préliminaire (ayant débouché sur une mise en examen) pour des prêches sur le peuple juif.

Elle feint de comprendre les Gilets Jaunes mais EN MÊME TEMPS Carole Delga refuse les amendements du Rassemblement National proposant de baisser le prix de la carte grise et la part régionale dans le prix du carburant, soit 75 millions d’euros de pouvoir d’achat pour le contribuable.

Elle fait un plan pour aider les commerçants touchés par les manifestations mais EN MÊME TEMPS Carole Delga refuse de condamner les milices anarchistes et d’Extrême-Gauche qui sont à l’origine des violences et des saccages, comme elles étaient à l’origine des casses dans nos facultés, empêchant des étudiants d’étudier.

Elle prétend lutter contre le chômage mais EN MÊME TEMPS Carole Delga refuse les propositions de notre groupe pour favoriser l’emploi des Français et les entreprises régionales comme, par exemple, l’ajout de la Clause Molière dans la commande publique, et préfère verser des milliers d’euros pour la formation des clandestins.

Elle se veut écologiste mais EN MÊME TEMPS Carole Delga laisse exploser les déplacements des véhicules de la Région qui représentent plus de 130 voyages autour de la Terre en 2017 et prend ce prétexte pour installer des éoliennes, au mépris des populations locales, des paysages régionaux, de la biodiversité, du coût exorbitant et de l’inefficacité énergétique de ces « ventilateurs géants ».

Elle dit aider nos agriculteurs mais EN MÊME TEMPS elle a soutenu l’incurie des gouvernements socialistes qui ont été incapables de verser la totalité des fonds européens LEADER destinés à la ruralité.

Elle plaide pour défendre l’actionnariat public de l’aéroport de Toulouse-Blagnac mais EN MÊME TEMPS elle appartenait au gouvernement qui a œuvré à sa privatisation et l’a livré aux actionnaires chinois.

Vous l’aurez compris, Carole Delga fait du Macron pour masquer sa véritable politique. Pur produit de ce système, elle se complaît dans l’affichage électoraliste permanent, qui cache des actions en totale contradiction avec ses grandes déclarations.

Facebook
Twitter
YouTube
Instagram